Destination Canada #2

Voyages, soirées, vacances, CV… toutes les raisons sont bonnes pour partir en Erasmus, surtout en tant que DEGEAD 2 submergé de travail qui rêve d’une pause de Dauphine. Mais quelle destination choisir ? C’est la question qui va prendre le dessus sur toutes vos révisions de macro cette année. Je vais donc vous parler d’une de vos possibilités pour peut-être vous aider à choisir : le Canada.

 

L’histoire commence dans le bureau des affaires internationales, à la fin d’une interminable procédure de choix d’université. La troisième fois est la bonne : je suis enfin sûre de partir en échange dans la ville de Waterloo au Canada, à Wilfrid Laurier University. Etant en L3 EID (Economie Internationale et Développement), mes options sont plus restreintes que dans la filière gestion. Mais je suis contente de ma destination, le Canada étant mon premier choix. Je suis impatiente de découvrir les paysages et la culture canadienne, et surtout d’améliorer mon accent anglais digne des plus grands présidents français.

La vue depuis ma chambre

Ma destination enfin officialisée, arrive la période la plus stressante et laborieuse de mon Erasmus : la préparation du départ. Entre visites récurrentes aux affaires internationales et à l’administration et recherches interminables, je dois m’occuper de mon contrat d’étude, mon inscription administrative dans mon université d’accueil, trouver un logement, réserver mon billet d’avion, préparer tous les papiers nécessaires pour voyager au Canada… une vraie partie de plaisir !

Une fois tous ces problèmes réglés et mes valises difficilement bouclées, je m’envole vers le Canada pour démarrer mon semestre fin août. L’expérience commence par une semaine d’orientation réservée aux étudiants internationaux et en échange. Ayant choisi une résidence étudiante sur le campus, je suis accueillie par des étudiants bénévoles qui m’aident à transporter mes valises jusqu’à ma chambre.

Vivre sur le campus a plusieurs avantages : les appartements sont spacieux, vos colocataires seront tous des étudiants internationaux (ce sont des appartements de 5 personnes), chaque chambre a sa propre salle de bain et les étudiants en échange sont tous réunis sur les mêmes étages. Mais il y a aussi de nombreux inconvénients, comme les règles de la résidence qui sont assez strictes car la plupart des étudiants sont des premières années qui sont donc mineurs (la majorité en Ontario est à 19 ans), le prix du logement et le fait que l’appartement n’est presque pas équipé (pas de micro-onde, vaisselle, draps, couvertures, poubelle…). Mais que ce soit on-campus ou off-campus, je vous recommande la vie en résidence pour l’ambiance, l’occasion de rencontrer de nombreuses personnes différentes et une meilleure intégration dans la « communauté internationale ».

Waterloo

Wilfrid Laurier University est une grande fac qui regroupe de nombreux programmes différents. Le campus de Waterloo est un grand campus qui s’étale sur plusieurs rues de la ville, ce qui vous donne vraiment l’impression d’être dans un film américain. Pour ce qui est de la ville en elle-même, Waterloo est une petite ville étudiante où l’on peut tout faire à pied, ce qui est super pour sortir en boîte ou dans des bars, mais il n’y a pas grand-chose d’autre à faire. Il faut noter que toutes les boîtes de nuit ferment à 2h du matin au Canada, mais les prix des verres et de l’entrée sont généralement assez bas.

Attention, si un gin-tonic peut ne vous coûter que 2,25 dollars canadiens (1,50 €), ce n’est pas pour autant que votre compte en banque sera épargné ! Le coût de la vie est similaire à celui de la France, et il est difficile de se rendre compte du vrai puisque tous les produits sont affichés hors taxes dans la plupart des supermarchés. Heureusement, dans les villes très étudiantes comme Waterloo, on peut trouver des bons plans sans problème !

 

Où voyager ?

Les villes incontournables de l’Est du Canada sont bien sûr Ottawa, Montréal et Toronto. Ottawa et Montréal sont accessibles en une heure d’avion à partir de Toronto ou plusieurs heures de bus pour les plus courageux. Donc ces voyages sont largement faisables en un week-end de trois jours, et presque personne n’a cours le vendredi. Toronto est à 2h de bus de Waterloo. D’autres villes proches de Waterloo sont Chicago (1h30 d’avion à partir de Toronto) et New-York, mais qui est beaucoup plus chère. En octobre, il faut aussi absolument visiter des parcs naturels et les bords de lacs qui sont nombreux dans cette région pour admirer les couleurs mythiques de l’automne canadien !

Les chutes du Niagara
Le parlement d’Ottawa

Les différences avec la France

La nourriture n’est pas très déstabilisante au Canada, si ce n’est que vous pouvez dire au revoir au pain et au fromage pour un semestre. Comme le français est la deuxième langue officielle, faire ses courses ne pose aucun problème car presque tous les produits sont traduits en français. A part cela, tout est en anglais. Les Canadiens ont toutefois un accent facile à comprendre donc il n’y a pas vraiment de difficulté avec la langue. Le meilleur moyen de s’immerger totalement est de vivre avec des colocataires canadiens ou internationaux, mais non francophones pour se forcer à parler anglais. Il faut aussi s’habituer aux cours en anglais ce qui est peut-être difficile au début pour les mots spécifiques à l’économie, aux statistiques, à la compta… Le rythme scolaire ne pose pas de problème, surtout si vous choisissez bien vos cours. Vous devrez quand même travailler, mais si vous révisez régulièrement dans la semaine vous pouvez sans problème voyager et/ou sortir tous les week-ends.

 

Que vous choisissiez le Canada, l’Allemagne, la Chine… partir en Erasmus est une expérience unique. Saisissez votre chance et n’hésitez plus !

 

Lorraine Chouteau, L3 EID

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*