PSL: entretien avec Esprit Dauphine

Esprit Dauphine est une liste étudiante apartisane et majoritaire depuis 22 ans à Dauphine. Nous avons à cœur d’œuvrer chaque jour pour le bien-être des étudiants en servant de relais avec l’administration. Nos élus siègent dans toutes les commissions – là où sont discutés les projets - et les conseils – là où sont votées les décisions – de Dauphine.

                                           

Comment caractériseriez-vous les liens entre Dauphine et Paris Sciences et Lettres (PSL) ? Que peuvent-ils s’apporter réciproquement ?

Dauphine et PSL collaborent depuis de longues années. Depuis 2011, ce regroupement d’écoles a passé toutes les étapes de l’IDEX NDLR(initiative d’excellence). Franchir la dernière étape de l’IEDX en mars permettra à PSL, et donc à Dauphine, de recevoir une aide financière non négligeable de l’Etat.

 

A l’échelle de Dauphine, nous souhaitons exploiter au maximum le rayonnement international de PSL, point que notre université ne peut assurer seule. PSL a été classée 22ème université mondiale dès son premier classement, elle peut encore y progresser et ce sera un atout majeur pour négocier de nouveaux partenariats internationaux.

Concernant les opportunités pour les étudiants, des passerelles sont mises en place, par exemple un M1 mathématiques créé en partenariat avec l’ENS et Les Mines. Il y a peu de communication de la part de Dauphine et de PSL sur ces liens, nous travaillons à ce que la nouvelle plateforme PSL xTend – le site permettant d’avoir accès à toutes les matières enseignées dans un établissement partenaire – soit fonctionnelle et claire afin que chacun puisse exploiter au maximum PSL.

PSL représente également une possibilité de valoriser la riche vie étudiante dauphinoise. La moitié des étudiants de PSL sont dauphinois, et nous pouvons avoir une influence majeure dans le développement de la vie associative de PSL. C’est un facteur déterminant de la cohésion et du futur du projet PSL.

 

Comment jugez-vous la perception des étudiants vis-à-vis de ce groupement d’établissement ?

Pour l’instant, PSL est encore une notion vague pour les étudiants. C’est un travail sur le long terme qu’Isabelle Huault prend très au sérieux.

Toutefois, nos diplômes sont déjà des diplômes PSL, et le logo de PSL est de plus en plus présent dans la communication de Dauphine.

 

Il est tout à fait normal que les étudiants se sentent encore étudiants Dauphinois et pas étudiants PSL. Notre université fête ses cinquante ans cette année, et PSL doit être perçu comme une nouvelle étape dans l’essor de Dauphine. Nous espérons qu’après l’IDEX, Dauphine redoublera d’effort dans sa communication autour de PSL et de son intégration à long terme.

 

Quelles sont vos inquiétudes à propos de l’Université PSL ?

Nos inquiétudes sont des craintes à notre échelle. Deux choses sont nécessaires pour que PSL fonctionne : une entente entre les différentes administrations ; un sentiment d’appartenance des étudiants à PSL.

Nous pouvons difficilement agir sur le premier point, mais nous avons à cœur d’influer sur la notion d’« étudiant PSL ». Nous essayons de soutenir au maximum les initiatives étudiantes liées à PSL et échangeons régulièrement avec l’Union PSL – l’association chargée d’animer la vie étudiante de PSL.

 

Quelles sont vos mesures prioritaires concernant l’Université PSL ?

Nous souhaitons créer un programme de promotion de l’environnement PSL (lettres et scientifiques) pour permettre aux lycéens de découvrir la richesse et la multitude d’opportunités proposées par PSL. Cela peut par exemple passer par l’organisation d’un salon PSL en présence des écoles et les témoignages d’étudiants sur leurs expériences respectives.

Nous allons également soutenir la mise en place de PSL xTend. Ce site existe déjà, mais nous voulons que des crédits soient accordés aux étudiants.

Enfin, nous soutenons au maximum la mise en place de doubles diplômes entre Dauphine et d’autres établissements. Nous pensons que la complexité croissante du monde nécessite une réponse de l’enseignement supérieur français, et la transdisciplinarité de PSL peut en être une.

 

Quel futur pour les étudiants dauphinois dans la mise en place de PSL ?

Si PSL et Dauphine se sont lancés dans une course à l’excellence, il faut s’assurer que les étudiants ne soient pas lésés. Aujourd’hui, on n’entre plus à Dauphine pour cinq ans, mais pour « trois + deux ». Face à cette sélection plus forte entre la Licence et le Master, nous voulons que les étudiants dauphinois restent prioritaires par rapport aux étudiants PSL pour l’entrée en Master à Dauphine.

PSL est un atout, mais nous refuserons tout renforcement de la sélection à Dauphine. Cette sélection se fait à l’entrée en L1, et nous pensons que si un étudiant est initialement sélectionné, alors il a sa place à Dauphine jusqu’à la fin de son M2.

 

Pour résumer, PSL pour vous en un mot ?

PSL doit être capable d’incarner une vision de l’excellence académique au XXIème siècle.

NDLR : Il s’agit de la reconnaissance du projet PSL par un programme français dédié aux ensembles pluridisciplinaires de rang mondial

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*