Guide à l’usage des novices des soirées dauphinoises

Comme tout étudiant Dauphinois qui se respecte, tu as entendu parler des soirées dauphinoises, certaines mythiques, d’autres un peu moins : la Nuit Dauphine, le Hors-Spiste, celles organisées par le BDE, l’AS, la Spi, DEE…, celles où tu rentres et celles où tu restes dehors. Alors quel est le déroulement typique d’une soirée dauphinoise ?

Première étape obligatoire : la prévente

La caractéristique principale de l’étudiant étant sa pauvreté extrême, ce dernier doit parfois se priver de nourriture pendant une semaine pour acheter sa prévente. Une fois le Saint-Graal en main et le compte en banque vidé, il ne reste plus à l’étudiant qu’à trouver comment occuper son début de soirée et prier pour espérer rentrer dans la boîte.

Le before :

Le moindre cocktail coûtant aux alentours de 15€, tu cherches sûrement à t’enivrer avant la soirée. Et là ça se joue à pile ou face, ça passe ou ça casse : ou un de tes amis te propose son appartement (Alléluia) ou tu décidés que boire dans la rue, c’est finalement pas si mal … Toujours est-il que l’heure tourne et qu’il est temps pour toi de partir (enfin) à la soirée.

La soirée :

Après un parcours du combattant dans le métro, tu es enfin arrivé. Ta place dans une main, ta carte d’identité dans l’autre, tu franchis le barrage de videurs comme Moïse franchit la Mer Rouge. Te faire dépouiller au vestiaire est la dernière étape nécessaire avant de pouvoir t’ambiancer.

Ca y est, tu es enfin sur place ! La musique est bonne (bonne, bonne), tu es bien avec tes potes… Un tour au bar et te voilà prêt(e) à enflammer le dance-floor. 2h et 2 litres de transpiration plus tard, il est temps pour toi de rentrer, accompagné(e) ou non, ravi(e) de t’être affamé(e) pour avoir assisté à cette soirée.

Lendemain :

Après un réveil quelque peu difficile aux alentours de 15h, en, on l’espère, charmante compagnie, tu fais la liste de ce que tu as perdu (en plus de ta dignité) et essayes de te remémorer ta soirée. Pas de panique, la Diff’ Phinedo est là pour te rappeler tes moments plus ou moins glorieux. Tu es désormais fin prêt pour la prochaine soirée, convaincu(e), si tu ne l’étais pas avant, d’avoir participé au nec plus ultra des soirées étudiantes.

En attendant, tu peux lire un numéro de la Plume pour t’aider à surmonter ta gueule de bois. Ouais, on sait, on est bien trop sympas.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*