Les Pépites, de Xavier de Lauzanne : « Sans rêve il n’y a pas de vie »

Affiche Les Pépites
Affiche Les Pépites

Les Pépites, film documentaire réalisé par le français Xavier de Lauzanne, nous plonge dans l’émouvante aventure des époux Christian et Marie-France des Pallières, inconditionnels du voyage capables de rallier Meudon à Katmandou en camping-car.

L’affiche du film Les Pépites

Lorsqu’il prend sa retraite, Christian décide de travailler pour une association humanitaire au Cambodge. Il commence ainsi à s’occuper des nombreux enfants seuls et affamés qui trainent dans les rues de Phnom-Penh. C’est dans ce contexte que Christian découvre la décharge de la ville, un immense dépotoir à l’odeur insoutenable, qui grouille de mouches, de déchets et… d’enfants. Abasourdi devant ce spectacle morbide, il ne supporte pas de les voir en haillons farfouiller la décharge pour trouver à manger. Il propose donc à sa femme de venir le rejoindre et de fonder l’association PSE (Pour un Sourire d’Enfant), dans le but d’aider ces milliers de jeunes vivants dans la décharge. Ils construisent une petite paillote et servent des repas pour que les enfants puissent manger à leur faim et dormir un peu dans un endroit moins dangereux. Au-delà de l’insalubrité, la décharge est aussi le lieu où beaucoup d’entre eux meurent chaque jour. On apprend de divers témoignages que certains se sont fait écraser par des camions poubelles pendant qu’ils dormaient, entre autres drames… Même si nourrir ces enfants une fois par jour est un premier pas, les époux ne sont pas satisfaits et veulent sortir de la misère ces malchanceux nés au mauvais endroit, au mauvais moment.

Petit à petit, le couple fait connaissance avec les enfants de la décharge et leur demande ce qu’ils voudraient pour pouvoir réaliser un projet qui soit en adéquation avec ce dont les enfants ont réellement besoin. Loin du cliché du couple de blancs civilisateurs, les époux veulent donner aux cambodgiens les moyens de leur ambition et non imposer un projet inadéquat à leur cadre de vie. Ils leurs demandent donc ce qu’ils souhaiteraient, et obtiennent pour unique réponse : « un repas par jour et aller à l’école comme les autres ». Christian et Marie-France décident alors de construire une école. Ils achètent un terrain proche de la décharge et construisent 4 bâtiments grâce aux dons reçus lors de campagnes de récolte de fonds dans toute la France. Petit à petit, le projet prend forme, le couple adopte même certains enfants complètement délaissés et maltraités par leurs parents. Les témoignages de ces enfants, qui constituent une partie du film, sont édifiants et indescriptibles de souffrance.

Bientôt, l’école éduque ces enfants de la maternelle jusqu’au brevet. Même s’ils sont plus instruits que la moyenne, ils se retrouvent tristement de nouveau dans la décharge, faute de trouver un travail. Alors, les époux choisissent d’étendre leur école jusqu’au bac et proposent des formations professionnalisantes : « la meilleure école pour les plus pauvres ». Aujourd’hui, l’association PSE a sorti plus de 3000 enfants de la misère, en accueille 7000 autres et cette décharge est désormais fermée. Christian des Pallières est décédé le 24 septembre 2016 mais sa femme continue de s’occuper du campus. Ce sont désormais des cambodgiens qui dirigent le projet car les époux pensaient qu’ils étaient les mieux placés pour savoir ce qu’il fallait faire.

Les Pépites, c’est l’humanité dans toute sa déchéance, entre violence et destins tragiques, mais aussi dans toute sa splendeur. Ce film magnifique donnera le sourire, en plus de peut-être quelques larmes, à toute personne ayant la curiosité de se lancer dans cet univers. Les Pépites redonne de l’espoir et nous montre que tout est possible : Christian et Marie-France sont partis de rien pour finalement bâtir un superbe projet humain et solidaire en 20 ans. A tous les déçus de la vie : allez voir ce film et prenez un billet pour le Cambodge. En plus, la nourriture à l’air délicieuse.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*