Dauphine, cette fac qui a tout d’une école

Première université parmi les grandes écoles, Dauphine assume parfaitement son ambigüité … mieux encore : elle la cultive ! En effet, si la faculté avait déjà le statut de Grand établissement depuis 2004, elle appartient depuis l’an dernier à la Conférence des Grandes Ecoles (CGE).
Qu’est-ce qui rapproche Dauphine, au-delà de son simple statut, des grandes écoles ? La Plume a fait le point pour toi et revient sur 10 petites choses qui font de Dauphine une fac si particulière.

1- Une formation sélective

C’est peut-être ce qui caractérise en premier lieu les grandes écoles : la sélection. Certes elle met des barrières à l’entrée des étudiants, mais elle apporte, en contrepartie, beaucoup de valeur à leur diplôme. Et à Dauphine, elle ne fait pas défaut : que ce soit dès l’entrée en première année (une large majorité de mentions Bien et Très Bien au baccalauréat), pour la validation des matières – ces notes éliminatoires que vous aimez tant – ou encore pour accéder à bon nombre de masters.

2- Des diplômes « maison »

C’est en partie ce qui permet à Dauphine d’effectuer cette sélection. En soi, le DEGEAD1 n’est pas si différent d’une L1 d’économie-gestion classique. La création d’un diplôme spécifique à Dauphine est en quelque sorte un prétexte pour justifier la sélection à l’entrée, que les autres facultés ne peuvent pas exercer.

3- Des frais supplémentaires

On en vient au sujet qui fâche : les frais d’inscription de Dauphine sont supérieurs à ceux des universités en moyenne. S’ils sont encore raisonnables durant les premières années, ils vont varier entre environ 1500€ et 6000€ en master. Notons toutefois que ces montants varient en fonction des revenus des parents de l’étudiant et que les boursiers en sont totalement exonérés. Enfin, Laurent Batsch n’a pas manqué de souligner que l’Université Paris-Dauphine offre certainement « un meilleur rapport qualité-prix » que les grandes écoles avec lesquelles elle est en concurrence.

4- Une pédagogie différente

Ce qui distingue encore Dauphine des facultés « classiques », ce sont bien ses méthodes pédagogiques. L’université privilégie largement les cours en petits groupes (TD) sur les cours en amphithéâtres, de manière à apporter un suivi plus individualisé aux élèves et à permettre davantage d’interaction entre le professeur et ses élèves ; une méthode qui se rapproche davantage de celle ses classes préparatoires et des IUT. Certes, on a tous déjà eu le plaisir de tomber sur des profs de TD déplorables, mais force est de constater que cette méthode est en soi plus propice à la réussite.

5- Un taux de réussite élevé

A Dauphine, on cultive les valeurs de réussite et d’excellence, et ça commence dès la première année, avec un taux de réussite autour des 90%. Cela s’explique, du moins en partie, par la combinaison entre sélection et pédagogie évoquées précédemment.

6- Une bonne insertion professionnelle

Sûrement un des aspects les plus attractifs de Dauphine. Dans un pays où le taux de chômage des jeunes de moins de 25 ans frôle les 25% de la population active, le taux d’emploi des jeunes diplômés de l’établissement – 95% selon une étude de l’Association pour l’emploi des cadres (Apec) – séduit. Contrairement aux étudiants de nombreuses universités, les dauphinois ne semblent pas souffrir de la crise.

7- Des salaires élevés pour les dauphinois

Si les frais d’inscription de Dauphine sont plus élevés, l’établissement est un bon investissement dans la mesure où les salaires des diplômés obéissent à la même règle. Ainsi, bien que la rémunération soit variable selon les domaines d’études et les compétences de chacun, le salaire net mensuel d’un dauphinois trois ans après sa formation atteint les 3000€ (toujours selon l’Apec), une belle somme pour un début de carrière.

8- International : l’atout Equis

Pour accroître sa cote à l’international, Dauphine est allée chercher l’accréditation Equis, référence ultime pour les business schools. Selon Fabien Blanchot, vice-président de l’Université, « Il y a un effet de club. Pouvoir se réclamer de cette accréditation commune permet d’établir un premier contact avec les institutions étrangères ». Elle est d’ailleurs la seule université française à la détenir.
De même, l’appartenance à PSL (Paris Sciences et Lettres), si chère à Dauphine, donne plus de poids à l’Université et augmente ainsi son rayonnement, en France comme à l’international.

9- Une vie associative intense

Le paysage associatif est assez impressionnant à Dauphine. Quand la plupart des universités n’ont que très peu d’associations – bien souvent cela se limite au BdE – nous avons la chance de bénéficier d’une trentaine d’associations généralistes : l’occasion pour les étudiants de vivre des expériences inoubliables et formatrices.

10- Un « esprit école » fort

Car après tout, même s’il s’en plaint toute la journée, le dauphinois est attaché à son université. Cet esprit découle à la fois d’une vie étudiante riche – notamment grâce aux associations – et du prestige de l’université. En résulte une reconnaissance commune entre les dauphinois qui pourrait bien vous être utile un jour lors d’un entretien d’embauche …



Capture d’écran 2015-11-06 à 18.47.28

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*