Dauphine Expo {#1} : Sébastien, Christelle et Adrien

En attendant la Dauphine Expo, proposée par le BDA en partenariat avec les Beaux Arts sur le campus de Paris Dauphine du 4 avril 15 avril, la Plume te propose de découvrir les artistes exposés ! 

Sébastien Souchon 

Lauréat du concours général d’arts plastiques en 2008, Sébastien Souchon est diplômé en 2011 de l’Ecole des Beaux-Arts de Bordeaux. Refusant d’être affilié à une quelconque identité artistique, sa pratique dérive sur des sujets et des formes disparates. Il travaille sur de multiples supports et utilise une large palette de médias, allant du PVC à la photographie. Cet artiste s’intéresse à des thèmes qui paraissent pourtant éloignés du domaine artistique, par exemple, il a travaillé sur les ZAC (zone d’aménagement concerté) dans son projet Demain connaîtra une relative accalmie.

Sébastien Souchon mêle dans ses oeuvres la poésie et les jeux de mots, et manipule particulièrement le phénomène de la chute. «Au sein de mes différentes directions de recherches, la chute a tenu soit en la conclusion d’un énoncé humoristique (chute de la blague) soit en la mise en échec de systèmes (par exemple sociétal ou discursif) soit tout simplement en un mouvement physique. […] La grande partie de mes inspirations provient d’expériences personnelles texturées de burlesque, de références sociologiques et anthropologiques.»

Pour la Dauphine Expo, Sébastien Souchon exposera son oeuvre Fontaine de Fortune. Elle consiste en «un projet de conception d’une fontaine monumentale abandonnée avant sa réalisation et dont des outils de sa fabrication lui offre une existence minimale de fortune.» Au travers de sa réalisation, il cherche à ironiser «l’acte démissionnaire et l’économie du jeune artiste», et questionne l’artiste lui-même.

© http://www.sebastiensouchon.com

Christelle Téa 

Diplômée des Beaux-Arts de Paris avec les félicitations du jury en 2015, Christelle Téa est une artiste plasticienne et photographe. Elle a exposé, entre autres, dans la boutique Ralph Lauren pour Le Parcours Saint-Germain en 2013 et est également lauréate du concours Nespresso vu par les Beaux-Arts de Paris.

Christelle Téa se consacre depuis deux ans à réaliser des portraits de personnalités diverses dessinées  sur le vif. Elle a notamment réalisé de nombreux dessins de conférences aux Beaux-Arts de Paris, représentant à la fois les intervenants et leurs paroles. Pour elle, dessiner, c’est choisir. Choisir dans la complexité du réel les éléments les plus signifiants, décanter la réalité pour faire surgir l’essence de ce qu’elle perçoit.

C’est dans cette perspective que s’inscrit l’oeuvre présentée pour la Dauphine Expo. Elle exposera en effet des dessins à l’encre de Chine réalisés lors d’une intervention de François Baroin au sein de l’université Paris-Dauphine. Elle a su y retranscrire, sans dessin préparatoire ni repentir, certains des moments essentiels de cette rencontre

© http://christelletea.com

Adrien Van Melle

Après une licence de cinéma à La Sorbonne, Adrien Van Melle est actuellement étudiant en dernière année à l’Ecole nationale des Beaux-Arts, au sein de l’atelier Patrick Tosani. Il compte à son actif de nombreuses expositions, notamment au Palais de Tokyo ou à l’Immix galerie. Entre récit fictif et subjectivité autobiographique, les textes de cet artiste, mariés à des photographies, nous plongent dans son univers.

«Mon travail, du moins depuis deux ans, consiste presque essentiellement en la rédaction de textes qui peuvent aller de quelques mots à plusieurs pages. Ces textes fictionnels sont le plus souvent la première étape menant à une œuvre plastique consistant à former un ensemble texte-image le plus équilibré et cohérent possible.

Il me semble que ce qui est à l’œuvre dans mes productions est l’observation la plus juste et la moins juge possible de personnages fictionnels ou fictionnalisés hautement symboliques et volontairement chargés de sens.»

Pour la Dauphine Expo, Adrien Van Melle utilisera les pilliers de la cour, sur lesquels seront collées ses photographies accompagnées de deux textes : Son appartement lui plaisait et Mouvements. Ces récits fictionnels sous-titrent ses clichés, qui apparaissent alors comme des captures d’écran d’un film.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*