Dominique Borel

Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis Dominique Borel, responsable pédagogique du Degead, directrice-adjointe de LSO, et maître de conférences en droit public. J’enseigne principalement le droit fiscal en L3 gestion et en master.

 

Comment est-on amené à devenir responsable pédagogique du Degead ?

Je connais bien Dauphine pour y avoir fait mes études. La fonction s’est libérée à un moment où j’étais disponible et M. Batsch m’a demandé si ce poste m’intéressait. Même si je ne connaissais pas beaucoup le Degead puisque j’enseigne plutôt en M2, j’étais contente d’intégrer ce département. Le plan humain est important et cette possibilité d’échanger avec de très jeunes étudiants m’a convaincue.

 

En quoi consiste votre rôle concrètement ?

J’ai pour mission : d’être en contact avec les étudiants de Degead en répondant à leurs questions, en les aidant à trouver une solution à leurs problèmes ; d’échanger avec les enseignants et notamment les jeunes enseignants pour tenter là aussi de les aider ; de participer aux jurys et aux sélections ; de travailler en étroite collaboration avec l’équipe administrative du département et plus particulièrement avec celle du Degead.

Le passage du statut d’élève du secondaire au statut d’étudiant est à mon avis, un moment important pour l’étudiant, qui peut le vivre soit comme le début de la liberté, le passage à la vie d’adulte, soit comme un grand vide, les structures parentale et scolaire étant moins présentes.

Pour la L3 il y a des responsables pédagogiques pour chaque licence

 

Quelles différences entre un diplôme d’établissement et une licence d’éco-gestion classique ?

Tout d’abord la sélection des étudiants nous permet d’obtenir un taux de réussite supérieur à ceux des autres formations universitaires grâce à l’adéquation recherchée entre le niveau des étudiants et l’exigence de la formation à Dauphine, même si nous sommes conscients d’être obligés, faute de place, de refuser certains excellents candidats.

En plus, nous constatons chez les étudiants admis en L1 une grande motivation, ce qui les aide à s’insérer et à s’adapter au nouveau rythme et à ce sentiment de liberté propre aux études supérieures - les étudiants se sont souvent bien renseignés sur les études à Dauphine, notamment lors du samedi du lycéen

Ensuite, ces deux premières années très généralistes ouvrent sur un panel de quatre licences - étant précisé que pour la L3 droit le CEJ est prérequis.

Enfin, un suivi des étudiants du fait des nombreux cours en petits groupes, de l’offre de tutorat et soutien qui doit permettre à tous de réussir leurs études et leur vie étudiante.

 

Un objectif à moyen terme pour le Degead ?

Avoir des étudiants heureux me paraît très important. Les années d’études sont des années merveilleuses et j’aimerais que les étudiants soient conscients qu’ils ont beaucoup de chance. Je souhaiterais que ces deux premières années leur permettent de s’ouvrir sur le monde, de choisir la L3 qui leur convient avec l’internationalisation qui généralement s’y rattache, et ensuite les Master qui les intéressent.

 

Auriez-vous trois adjectifs pour définir l’étudiant de Degead ?

Intelligent, curieux et épanoui.

 

Si vous étiez étudiante, quelle asso auriez-vous intégré ?

Cheer up pour leur bel engagement caritatif et humain.

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*