Les smartphones, la bouée de secours des migrants ?

La photo de Aylan Kurdi, le garçon retrouvé sur une plage de Turquie a fait le tour de la planète, partagée par les rédactions du monde entier et par des millions d’internautes sur les réseaux sociaux. Cette photo s’est aussi retrouvée sur le portable des réfugiés eux-mêmes. Contrairement aux idées reçues, les migrants se déplacent majoritairement avec leur smartphone. (87 smartphones pour 100 habitants en Syrie 2014- CIA World Factbook). Qui sont alors ces réfugiés 2.0 ?

 

REFUGIES 2.0 …

Les essentiels du migrant du XXIème siècle: nourriture, abri et smartphone” selon le New York Times. Whatsapp, Skype, Facebook, Google maps, Google traduction, les migrants utilisent toutes les fonctionnalités pour rassurer leurs familles, se repérer ou traduire les panneaux routiers. Les smartphones font même de l’ombre aux passeurs. En effet, des groupes Facebook tels que ”Voyage de malheur” ont été créés pour ”aider à voyager et à rejoindre l’Europe sans passeurs”. D’autres groupes se créent pour échanger des conseils sur les permis de séjours, les endroits pour se loger … La diaspora syrienne s’entraide sur les réseaux sociaux. Parfois, le smartphone est pour les réfugiés le seul lien les rattachant à leur vie d’avant. Il contient des photos de leur famille pour les aider à garder le moral et permet d’échanger avec leurs proches restés au pays.

De l’autre côté, certains pointent une ”richesse futile”, à l’image d’un responsable du parti d’extrême droite autrichien FPÖ dans un post Facebook : ”Visite de la Ministre de l’intérieur allemande
dans un camp de réfugiés à Linz: trouvez le nouvel Iphone”. Sur les réseaux sociaux, les critiques fusent et les stéréotypes persistent : ”S’ils ont un portable, ils sont riches et n’ont pas besoin de l’aide européenne”. Certains refusent encore le statut de réfugié aux classes moyennes syriennes fuyant la guerre.
 

D’après une étude de l’Office fédéral des migrants et des réfugiés, 78% des migrants arrivés en Allemagne entre janvier 2013 et septembre 2014 viennent de la classe moyenne voire supérieure.

«Les migrations sont très rarement entreprises par les plus pauvres. Ce ne sont pas des paysans déracinés qui errent. En Syrie, en Irak, ce sont ceux qui ont le plus de ressources, des ingénieurs, des enseignants, des techniciens… En tous cas, des gens qui ont des raisons de croire qu’ils pourront faire mieux ailleurs.»

(Patrick Simon, directeur de recherche à l’Ined au Huffington Post)

… AIDE 2.0

Face à ces migrants connectés, des applications, des sites Internet fusent pour leur venir en aide, à l’image de ”CALM” (Comme A La Maison) une plateforme créée par l’association SINGA ou encore de ”Welcome Refugees” en Allemagne. Le principe est simple : mettre en relation particuliers et réfugiés statutaires à la recherche d’un hébergement.

                 CALM (source Tweeter)

Pour Alice Barbe, cofondatrice de SINGA, le but de cet ”Air BnB pour réfugiés” est avant tout de permettre à ces derniers qui viennent d’arriver en France d’avoir une solution temporaire de logement (deux semaines à six mois) et de rencontrer des Français facilitant leur intégration. Des soirées d’information sont aussi organisées pour répondre aux interrogations des futurs hébergeurs. Enfin, SINGA aide aussi les réfugiés en donnant des cours de français et en les aidant à monter des projets professionnels.

D’autres initiatives se multiplient. En Turquie, une application ”Gherbetna” s’est développée pour aider les Syriens arrivés en Turquie. Cette application vise à ”faciliter la vie des Syriens en Turquie”. On y retrouve donc offres d’emplois, bons plans pour apprendre le turc, conseils sur les démarches administratives …

Page de l'événement "La Syrie lance un appel"Les réseaux sociaux sont aussi un moyen de sensibiliser et de mobiliser. Crowdfunding, pétitions, appels aux rassemblements, toutes ces initiatives ont été relayées via les réseaux sociaux. En Islande, un appel ”La Syrie lance un appel” a été passé sur Facebook après que le pays a pris la décision d’accueillir 50 migrants. Celui-ci a rassemblé 17 000 participants ! Des sites organisent des levées de fonds, à l’image de ”Just Giving”, qui a levé 54 000 dollars au nom d’Aylan Kurdi et des enfants victimes de la guerre en Syrie.

Désormais les migrants utilisent massivement les nouvelles technologies et les réseaux sociaux, un moyen pour eux d’assurer un lien virtuel entre leur pays d’origine et leur pays d’accueil. Contrairement aux idées reçues, un smartphone n’est pas une marque de richesse superflue, il est devenu aujourd’hui la bouée de secours des migrants arrivant en Europe aujourd’hui.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*