Dauphine ou Prépa: et si tu avais fait le mauvais choix ?

DAUPHINE OU PREPA : Et si tu avais fait le mauvais choix ?

Nouveau ou vétéran qui a survécu aux partiels à Charenton, et si tu regrettais de ne pas être allé en prépa ?

« C’est pas la prépa qui me quitte, c’est moi qui quitte la prépa. »

Ancien élève en prépa ECS à Notre-Dame du Grandchamp à Versailles, admis en seconde année, j’ai fait le choix de partir à Dauphine. Pourquoi ? Les mathématiques qui étaient ma faiblesse comptaient pour environ 30% de la note aux écrits. Ainsi, le droit à l’erreur dans les autres matières n’existait pas dans la mesure où je voulais atteindre mes objectifs du top6. C’est donc un choix de raison face aux surprises, parfois bonnes ou mauvaises que nous réservent les concours.

 

A quoi bon la prépa ?

Aventure immensément enrichissante humainement et intellectuellement, la prépa exige d’exceller, de se remettre en question et de revoir ses méthodes de travail. La prépa apprend à apprendre.

C’est aussi l’anxiété d’un concours blanc de maths où celui qui en fait à peine la moitié est déjà très bon, l’excitation et le stress des khôlles qui ponctuent ta semaine. Es-tu déjà l’opportunité de tomber en khôlle collective en culture générale sur le sujet « La table », patauger durant 30 minutes, arriver devant le professeur, y aller « à la one again » et pondre un oral pas trop mal finalement. J’ai eu cette chance.

NB : La prépa t’entraîne aussi à perfectionner ton côté multitâche: regarder les matchs de la Ligue des Champions tout en faisant par exemple une traduction ou un thème d’allemand (même la veille d’épreuves de concours blancs).

 

Une ambiance caricaturée.

D’un côté, Dauphine et sa vie associative riche et intense et de l’autre une ambiance délétère, malsaine et concurrentielle en prépa? Bien que cela soit le cas parfois dans certains établissements, cette situation est rare pour une raison évidente : serait-ce fructueux pour les résultats ? Non ! 8h-17h, puis les khôlles, puis parfois l’étude jusqu’à plus de 22H, il y a intérêt à ce qu’il y ait une bonne ambiance… Vous tombez, vous vous relevez, vous vous entraidez, vous vous remontez le moral. En outre, que dire à part « Merci ! » à ces professeurs qui vous élèvent. Pour ceux qui se posent la question : est-ce qu’on peut sortir en prépa ? Si la journée du vendredi existe, ce n’est pas forcément anodin.

 

Deux choix de travail totalement différents.

Vous avez le choix d’une montée en puissance de la charge de travail au fur et à mesure où les étudiants sont plutôt autonomes et une formation en deux temps : 2 années très difficiles de travail intensif puis enfin la libération : la dolce vita. Certains préféreront y aller en douceur, d’autres de façon expéditive. Vive la pluralité des sentiers !

NB : La légende raconte que certains auraient travaillé en école de commerce.

 

« Papré » pour la prépa ?

Je vois cette dure et géniale année comme du bonus. Aurais-je du continuer ? Peut-être, je ne sais pas et qu’importe car je me plais aussi à Dauphine.

Toutefois, la prépa ne convient pas à tout le monde et n’est évidemment pas la seule voie menant à la réussite (Dauphine non plus).

 

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*