Kwaala - Platform for travellers

La Plume est partie à la rencontre de Mathilde, entrepreneuse à l’origine de la start-up Kwaala. Lauréat des Start-up Days organisés par Dauphine Genius et arrivée en troisième position de la finale de l’Imagine Cup de Microsoft, elle a accepté de répondre à nos questions.

La Plume – Peux-tu te présenter et décrire ton parcours ?

Je m’appelle Mathilde et j’ai 22 ans, je suis en stage de fin d’études. J’ai fait une école de commerce post-bac, l’ESSCA, dont 2 ans et demie à Paris et 6 mois à Shangaï. J’ai fait un master management entrepreneuriat. A partir de septembre, l’idée de Kwaala s’est plus concrétisée. J’ai travaillé dessus pendant 4 mois. Le master de l’ESSCA est dédié à notre projet, avec de la finance d’entreprise, les côtés juridiques, la rédaction d’un business plan et des cours de pitch. Depuis le mois de janvier, je suis en stage de fin d’étude en marketing, communication et stratégie opérationnelle sur des missions qui m’apportent beaucoup.

Au départ, j’hésitais à faire un mastère spécialisé mais je me suis aperçue que entrepreneuriat s’apprenait surtout sur le terrain, il valait mieux forger sa propre expérience, dans entrepreneuriat on n’a pas forcément besoin de diplôme à rajouter en plus sur le CV.

La Plume – Penses-tu que les stages en entreprise sont essentiels pour découvrir le monde des start-ups ?

Ce n’est pas obligatoire mais c’est très important quand on veut se lancer dans l’entrepreneuriat d’avoir un premier contact réel avec des entrepreneurs qui ont créé leurs boites. On se rend compte qu’il y a beaucoup de travail derrière. Ils arrivent au bureau à 7 heures du matin et repartent à 20 heures. Tu vois qu’ils sont vraiment emballés par leur projet. Tu te rends compte qu’il y a beaucoup plus à fournir que ce qu’une grande entreprise demande à un salarié. Dans une start-up, tu peux faire un peu de tout. C’est très intéressant d’avoir un contact et un lien direct avec le fondateur du projet.

La Plume – Quel est le profil du bon entrepreneur ?

Il n’y a pas un stéréotype du bon entrepreneur, peut-être quelqu’un qui est passionné, prêt à fournir beaucoup de travail et se donner à fond. Un bon entrepreneur est quelqu’un qui croit en son projet. Avoir une bonne équipe c’est très important. Il faut avoir des personnes autour de toi avec des compétences complémentaires, prêts à avancer coude à coude et sur la même longueur d’onde. Les contacts peuvent être importants pour commencer mais ça vient au fur et à mesure. Tout le monde a quelque chose à apporter.

A partir du moment où on est salarié d’une entreprise on a plus la même liberté. On est engagé. C’est très compliqué une fois que tu as le confort, un salaire, de se dire j’arrête, je romps le contrat et je prends des risques à partir de maintenant. L’entrepreneuriat c’est des risques, autant les prendre quand on est étudiant, quand on n’a pas d’engagement professionnel. C’est le moment où il faut se lancer.

La Plume – Qu’est-ce que t’ont apporté les Sart-up Days de Dauphine Genius ?

C’était mon premier Start-up weekend et c’était vraiment génial. Cela a permis de faire vraiment évoluer le projet. Au point de vue technologique on n’avait pas encore grand-chose. Il y a des développeurs de l’association Genius ainsi qu’un de mes mentors pendant le weekend qui m’ont aidé à faire une vidéo et une page vitrine de Kwaala. C’est énorme. La grosse force du projet pendant le weekend, c’est qu’on était une équipe. On était 6 à travailler dessus. Pendant tout le weekend, ils étaient hyper motivés, hyper créatifs. Je pense que ça s’est ressenti pendant la présentation, ce qu’a bien aimé le jury, c’est qu’on était plusieurs derrière le projet, qu’on se soutenait.

Il y avait vraiment beaucoup de mentors et ils passaient du temps avec nous. Ils ont donné de très bons conseils. L’équipe Genius était aussi très motivée pendant le week-end, hyper soudée.

kwaala

La Plume – Kwaala, ça sert à quoi ?

Kwaala est une plateforme collaborative de matériel de voyage entre particuliers. Par matériel de voyage, il faut entendre surtout sacs à dos, tentes, sacs de couchage, chaussures et guides du routard. C’est une plateforme destinée aux jeunes qui partent en road trip mais qui s’ouvre aussi aux familles avec la location de matériel de ski ou de camping, qui sont des équipements plus occasionnels et plus chers et qui prennent plus de place aussi et que les gens ont tendance à ne pas acheter mais louer. On propose une solution alternative qui permet de réduire les coûts mais aussi de créer du lien social. Lorsque tu posteras une annonce, ou rechercheras une annonce, dans ton profil, tu as l’occasion de mettre les différents pays et voyages que tu as réalisés. Et lorsque tu fais une recherche, tu dis dans quel pays tu vas partir, et on te propose quelqu’un qui habite pas très loin de chez toi mais qui a aussi eu une expérience de voyage dans le pays en question pour avoir des bons plans, des conseils sur les restaurants et les hôtels. Il y aura d’autres services secondaires qui arriveront un peu plus tard comme la check list de ton voyage. Tu auras la possibilité de dire « je pars en Argentine pendant 3 semaines » et le type de voyage « reposant, sportif, touristique, romantique », le site te sortira la liste de ce que tu dois mettre dans la valise. Tu pourras cocher ce que tu as déjà et ce que tu n’as pas te sera proposé par le site.

Pour le moment sur le projet, on est deux, Mickael, développeur web et moi-même. On recherche une troisième personne, au profil commercial, pour se lancer dans l’aventure avec nous. Et plus tard on recherchera un stagiaire développement web et graphiste pour aider Mickael avec le site. Pour le moment, le site est une page vitrine de collecte de mails. On ne commercialise rien du tout. A partir de juillet, je pourrai me mettre dessus à temps plein.

La Plume – Comment est né Kwaala ?

L’idée m’est venue pendant mon premier road trip en Asie du sud-est où on a fait 4 pays différents avec des guides de voyage pour chaque pays. J’aime bien quand je voyage avoir le guide, surtout pour les bons plans. Donc on en avait 4. Ça prend vachement de place et ça coute assez cher. A la base, je voulais faire uniquement de la vente et de la location de guides de voyage. L’idée s’est développée, pourquoi se cantonner aux guides de voyage et pas à tout le matériel de voyage.

Nos objectifs, c’est de devenir la plateforme de référence en termes de location de voyage et de l’étendre au bout de trois ans à l’international car c’est ce qui fera sa force. Il y a encore beaucoup de défis auxquels répondre.

La Plume – Est-ce facile d’entreprendre en France ?

Malgré ce qu’on peut dire, en France, c’est vraiment en train de bouger avec Xavier Niel ou Granjon de Vente privée. Il y a beaucoup de buisness angels qui investissent dans les projets. Demain si tu veux créer une entreprise, tu n’es pas obligé de mettre un capital particulier dans l’entreprise. Pour les entrepreneurs qui veulent faire des levées de fonds, jusqu’à cinq cent mille euros c’est faisable, quand ça va au-dessus, c’est très difficile en France. Il y a beaucoup d’entrepreneurs qui partent aux Etats-Unis car les levées de fonds sont plus faciles à faire, il y a plus de gens qui investissent dans les projets auxquels ils croient. C’est dommage, c’est une des limites de l’entrepreneuriat français, il y a plein de jeunes qui ne demandent qu’une chose, un investissement de départ, et qui sont freinés par cette barrière financière. On perd des entrepreneurs de qualité. Je soutiens vraiment l’entrepreneuriat français.

Pour tous les étudiants qui souhaitent se lancer dans l’entrepreneuriat, ça va très vite. C’est plus facile qu’on le pense de commencer avec un projet quand on est motivé et bien entouré. Le conseil serait de se lancer, on n’a rien à perdre, on n’est pas obligé d’investir de l’argent mais uniquement du temps. On espère retrouver les étudiants de Dauphine sur la plateforme fin juin pour mettre en location ou louer du matériel de voyage.

Interview réalisé le 4 avril 2015.

Retrouvez la plateforme collaborative à l’adresse www.kwaala.fr

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*