Le retour du petit sorcier à lunettes

Le mois dernier, le très attendu Harry Potter et l’enfant maudit est paru en français. Vous vous attendiez à un livre dans la continuité des précédents tomes ? À une intrigue aussi envoutante que riche, aussi trépidante que magique ? Eh bien vous vous êtes trompés (et nous aussi !).

Harry Potter et l’enfant maudit marque une rupture claire avec la saga. Contrairement aux autres tomes, il n’est pas écrit exclusivement par J.K.Rowling mais en collaboration avec Jack Thorne et John Tiffany, et mis en scène par ce dernier. Comment ca «mis en scène» ? Eh bien oui, pour les néophytes qui ne seraient pas au courant, ce dernier tome n’est pas un roman mais bien une pièce de théâtre. On y perd donc toute la richesse des descriptions qui faisaient la force des Harry Potter, et on se cantonne à des dialogues qui, on peut le dire, sont souvent assez plats…

Ne soyons pas si sévères quand même. Harry Potter et l’enfant maudit se maintient dans l’univers que J.K.R a façonné : on y retrouve les mêmes personnages principaux (Harry, Hermione, Ron, Drago) auxquels s’ajoutent leurs enfants qu’on avait rencontrés dans l’épilogue d’Harry Potter 7. Est aussi présente notre chère école de magie avec ses quatre maisons, ses escaliers tournants, ses portraits parlants, sa forêt interdite et son célèbre terrain de Quidditch !

Ce dernier tome répond à certaines questions restées en suspens après la lecture des 7 derniers tomes : est-il possible de changer le cours entier de l’histoire indéfiniment avec un simple retourneur de temps ? Harry parvient-il à accomplir son but et devenir auror (sans avoir, rappelons-le, fini sa dernier année d’étude à Poudlard) ? Le portrait d’une personne morte est-il vraiment un moyen de contourner son absence ? Et j’en passe…

Mais si l’on va plus dans le détail, ce dernier tome pose un vrai problème de cohérence avec les précédents. Certaines règles, certains preceptes établis voire certains événements datant des derniers volumes semblent oubliés. On peut par exemple accéder à Poudlard de l’extérieur sans aucun problème, alors que le château est censé être protégé par de puissants enchantements qui rendent sa localisation impossible. De même, contrairement aux tomes précédents, les parents des élèves peuvent rendre visite à leurs enfants en plein cours sans qu’une situation exceptionnelle ne l’exige. Ou encore - histoire de bien insister - Harry arrive ici subitement à reparler Fourchelang alors que l’Horcruxe qui le lui permettait a été détruit par Voldemort lui-même !

Au final, ce dernier tome procède à une grande démystification des personnages, notamment Harry et Voldemort. Alors qu’Harry parvenait toujours à ses fins, on le retrouve affaibli, rongé par le doute, parfois même brutal envers son fils Albus Severus. De la même manière, alors qu’on se représentait Le Seigneur Des Ténèbres comme étant froid, incapable de ressentir la moindre émotion d’amour ou de compassion (et ce depuis sa plus jeune enfance), ce tome nous fait des révélations très surprenantes le concernant ! Adorateur de Voldy s’abstenir !!

Pour finir sur une note plus joyeuse, notons que le premier film des Animaux Fantastiques est sorti la semaine dernière et qu’il a l’air explosif ! Un bon 9.75/10.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*