Le Grand Atelier du Midi

Dans le cadre de Marseille Provence 2013, deux expositions « De Van Gogh à Bonnard » et « De Cézanne à Matisse » sont présentées respectivement au Palais Longchamp à Marseille et au Musée Granet à Aix-en-Provence, du 13 juin au 13 octobre 2013.

Depuis les premiers voyages de Van Gogh et Gauguin à Arles, puis de Renoir et de Signac sur la Côte d’Azur dans les années 1880, le Midi a été une source infinie d’inspiration pour les peintres et un des plus grands ateliers à ciel ouvert de l’Art Moderne. Ce diptyque réunit près de 200 œuvres en deux volets, l’un axé sur la forme à Aix, le second sur la couleur à Marseille. Plusieurs générations de peintres viendront dans le Midi et y prendront même leurs quartiers, éblouis par la lumière du Sud.

Bateaux dans le port, Collioure, André Derain

C’est emparée d’une vive envie de différer la fin de mes vacances, avant de retrouver notre chère capitale française, que je décide de me rendre à Marseille, capitale européenne de la culture 2013. Le Palais Longchamp dévoile une exposition d’une rare beauté et d’une immense richesse. Des tableaux en provenance du monde entier sont réunis en ce lieu et se succèdent dans une scénographie moderne et sans failles. On aime à revoir les célèbres toiles de Van Gogh comme La Chambre (1888) ou La Méridienne (1889-1990) qui composent le début de l’exposition. Sur le portrait de L’Arlésienne, Madame Ginoux (1888) le peintre utilise des couleurs froides atypiques, comme ces traits vert foncé qui délimitent le visage de la femme, comme pour traduire son amertume et son mal de vivre Viennent ensuite Cézanne, Gauguin, Renoir, Monet qui se mêlent à des peintres provençaux comme Manguin et Camoin. Les artistes pointillistes ont également célébré la nature luxuriante et la douceur du Midi, où de Signac à Cross, le point va céder la place à des touches plus larges. Dans une seconde salle, des peintres moins connus du grand public sont exposés comme André Derain qui utilise son pinceau pour former non plus des points, mais des sortes d’aplats de couleurs intenses et poignants. Pour Derain, « Les couleurs devenaient des cartouches de dynamite. Elles devaient décharger de la lumière ».

La Chambre, Vincent Van Gogh

Ce parcours ensoleillé se continue avec Bonnard dont la toile Marine (1910) nous donne l’impression que la mer dépasse ses frontières et déborde sur le ciel et le sable. Lorsque Bonnard peint le Midi, l’artiste livre de véritables orchestrations chromatiques. Enfin, Matisse clôt ce voyage spatial et temporel et nous restons bouche bée devant la magie du maître. Femme assise, le dos tourné vers la fenêtre ouverte (vers 1922) présente un paysage méditerranéen où la femme ne s’avère être qu’un élément décoratif. La fenêtre ouverte structure la composition et dévoile un lieu intime. Le jeu d’ombres et de lumières créé par les reflets du soleil « taille » le tableau et vient sublimer une palette de couleurs inédites : le châle de la femme parme, orange et vert olive, ou le balcon, carmin, turquoise et ocre.

L’idée d’un grand atelier du midi vient de Van Gogh, qui rêve de réunir ses amis peintres en cette nouvelle terre à conquérir dès 1888, mais les tourments de sa vie personnelle empêcheront l’aboutissement de ce projet. Plus d’un siècle plus tard, ce rêve se réalise ici le temps d’un été. Avis donc aux amateurs d’art en voyage dans le sud et en manque de culture au retour de la plage, n’attendez plus pour découvrir ces deux sublimes expositions temporaires.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*