Chromatik : une interview pour en voir de toutes les couleurs.

En prévision de leur concert de ce mardi 14 mars au Glazart, la Plume a rencontré Chromatik. Six musiciens, deux emcees : le groupe de fusion jazz-rock-hip-hop revient à Dauphine en interview, deux ans après un Daufunk 2015 enflammé qui a marqué les esprits. Rencontre à Châtelet autour d’une planche fromage-charcuterie avec les fondateurs Carl, leader du groupe, guitariste et compositeur, et Léo, alias Hi LeveLz, MC principal du groupe.

Chromatik en concert au festival Hors-Contrôle aux Mains-d'oeuvres - Photo de Vincent le Gallic
Chromatik en concert au festival Hors-Contrôle aux Mains-d’oeuvres - A la guitare, Carl, au centre, Hi LeveLz et à droite, Sika Deva - Photo de Vincent le Gallic

La Plume : Comment s’est formé Chromatik ? D’où vient cette envie de faire de la fusion ?

Carl : Dès le début ! J’ai toujours voulu faire ça de toute façon. Le style de Chromatik a émergé d’une track vraiment jazz-funk-hip-hop… Hope Is gone, le premier morceau de Zawichick, notre premier EP. C’était pour un film de Jonathan Schupak (ndlr : un ami de Carl qui s’avère être cinéaste). J’ai collaboré avec Léo dessus et la fusion était déjà là… Je me suis dit « Putain mais faut en faire un groupe ! » et on s’est mis à chercher les musiciens.

LP : En termes de styles, vous venez d’où ?

Carl : Léo je pense qu’il peut dire du hip-hop (rires).

Léo : Très clairement du hip-hop mais aussi énormément du jazz dans le sens ou ce que ma mère écoute c’est soit du jazz soit des trucs un peu soul ou à la Marvin Gaye, Motown… J’étais tout le temps à écouter ça avec elle et ensuite le hip-hop, c’est ce qui personnellement me parle le plus. Je viens de là.

Carl : Pour ma part j’écoute énormément de rock, j’avais arrêté mais je m’y remets. Ça se ressent quand même dans la musique d’ailleurs ! Les guitares distos parfois…

LP : Après deux bons EP lancés sur une campagne de crowdfunding pour le premier et en autoproduction pour le second, à quand l’album ?

Carl : Ce sera un EP le prochain, mais cet EP-là on le pense vraiment comme un LP. On veut que ce soit à la fois musical et visuel, que ça communique quelque chose… On réfléchit vraiment comme si on sortait un vrai album, c’est notre manière de nous y préparer. Et aussi niveau réalisation, histoire de pas faire d’erreur le moment venu.

LP : La sortie, c’est pour quand ?

Léo : Avant 2018.

Carl : Ouai, ça c’est sûr.

LP : Pourquoi l’autoproduction ?

Léo : Tout ce que tu fais t’appartient. Du pressage de CD !

Carl : T’as de compte à rendre à personne. Le métier de musicien, c’est passionnant, mais tout ce qui entoure la musique ça l’est aussi. Ça nous intéresse ! On a vraiment envie de contrôler tout et de connaître tout le milieu.

Léo : Après c’est peut-être parce qu’on a une vision à long terme du projet. On voudrait par exemple avoir notre société de production, notre label. On n’est pas que zicos dans l’âme Carl et moi.

LP : Pour revenir sur le côté rap, au niveau des thèmes, Chromatik, c’est plutôt… ?

Léo : Des images, des voyages… Fountain Blow est plus engagée, c’est un texte que j’avais écrit en mode « je vois le monde dans lequel on vit… ». C’est le seul texte dans Chromatik qui l’est.

Carl : Le deuxième EP (ndlr : Colors) est assez noir.

Léo : Les textes que j’ai écrit pour Ann Shirley (ndlr : la chanteuse qui accompagne le groupe sur Colors) c’est aussi dans cet esprit pas super happy mais le groove y est quoi ! C’est un peu l’aspect Stromae tu sais, un texte hardcore avec un groove de ouf, mais en moins extrême.

Chromatik en concert au festival Hors-Contrôle aux Mains-d'oeuvres - A la guitare, Carl, au centre, Hi LeveLz et à droite, Sika Deva - Photo de Vincent le Gallic
Chromatik en concert au festival Hors-Contrôle aux Mains-d’oeuvres - Hi LeveLz et Sika Deva - Photo de Vincent le Gallic

LP : Chromatik dans 3 ans ils sont où ? Ils font quoi ?

Léo : On est à l’Olympia !

Carl : Dans 3 ans… L’objectif c’est de tourner le plus possible. Il y aura l’album, ça c’est sûr. Pourquoi pas une grosse autoproduction.

Léo : En tous cas y a quand même une volonté d’aller vers quelque chose d’extrêmement qualitatif. Une volonté de faire de la bête de musique, pas un truc que t’a déjà entendu mille fois, pas faire de la musique juste pour nous et notre kiff, on veut vraiment tout défoncer !

Carl : Ouai ! On veut tout casser !

Léo : On n’a pas envie de faire de la musique cool, on veut que ça DEMONTE (ndlr : oui, du capslock, parce que ça démonte).

LP : Et donc la configuration c’est toujours…

Carl : Guitare, basse, batterie, clavier, saxophone, trompette, un premier emcee et en ce moment on en a un deuxième en guest : Sika Deva. Il tourne avec nous, il était là aux Mains d’œuvres d’ailleurs.

LP : Votre meilleur souvenir concert ?

Carl : Sans aucun doute, la Bellevilloise ! La Release Party de Colors qui était le 11 mai 2016.

Léo : Salle pleine, genre gros bordel !

Carl : Là pour le coup, la date était absolument en autoproduction, on était en contrat avec la Bellevilloise on n’a pas loué la salle, le but c’était que Chromatik remplisse la salle tout seul quoi. La majorité du groupe n’avait pas trop suivi l’organisation du concert, les démarches, toute la programmation et toute la com’. Du coup, ce qui s’est passé quand on est allé dans les loges avant de rentrer sur scène il n’y avait que 150 personnes tu vois, j’étais débecté mais eux s’en foutaient complètement. Et une fois qu’on est monté sur scène, c’était blindé, c’était génial !

LP : Et le moins bon souvenir live ?

Carl : Oulala ! 31 octobre 2015. Une date pour un événement privé en fait, pire souvenir parce que en fait… on avait picolé quoi (rires). C’était halloween, on avait trop bu et du coup on était au moins 4 ou 5 à vraiment avoir fait… de la merde.

Léo : Mais tout le monde était bourré donc euh…

Carl : En plus on a eu de bons retours, on a même eu d’autres dates grâce à ce concert-là !

Merci à Chromatik !

Et pour finir en beauté, la playlist de Carl et Léo de Chromatik. 2h de musique pour rajouter un volet jazz/funk/soul contemporain a ta culture musicale.

On compte sur votre présence massive le 14 mars !

  • Lien de l’event : https://www.facebook.com/events/200045697137313/
  • La soirée: Whad Da Funk, avec Freaksoul, The Pieces et Chromatik.
  • Le lieu : Le Glazart, 7/15 avenue de la Porte-de-la-Villette
  • L’heure : 18h - 23h30

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*