Petit tour du monde (non exhaustif) du Carnaval

carnival-646386_960_720

Chacun d’entre nous a déjà pu goûter, ne serait-ce qu’une fois dans sa vie, aux joies du Carnaval. Pour la plupart d’entre nous, ces joies constituent quelques souvenirs assez peu lointains de lycéen, qui trouve le prétexte de trouver les déguisements les plus fous pour épater ses camarades de classes et sortir de l’ennui quotidien et morose d’une salle de classe. Mais c’est sans doute lorsque nous étions sur les bancs de l’école maternelle ou primaire, que le Carnaval revêtait un caractère tout particulier. Lors de cette journée si particulière, les écoliers revêtaient à l’occasion leurs plus beaux déguisements, et profitaient d’une journée à la récré interminable, avec au goûter crêpes au Nutella et autres friandises à gogo.

Pourtant, il semblerait qu’en France et à la différence de nombre de pays, le Carnaval ne soit pas tant une si grande tradition, sauf peut être à Nice et à Dunkerque où l’on ne plaisante pas avec les festivités et la traditionnelle parade du Carnaval. Que diriez-vous alors d’embarquer pour un rapide tour du monde des festivités carnavalesques ?

Venise, où se mêlent rêverie et romantisme

Sans doute l’un des plus connus au monde, le carnaval de Venise attire chaque année des millions de touristes. La première image qui nous vient en tête de ce carnaval, ce sont ces drôles de personnages aux masques blancs et colorés, aux habits de lumière se promenant sur la Piazza San Marco.

Cela fait plus de mille ans que l’on porte des masques à Venise. Historiquement, ce moment de fête était aussi un moment de fusion entre les nobles et le peuple de Venise. Le premier but du carnaval vénitien était d’abolir les contraintes sociales qui pesaient habituellement sur la société. Le riche devenait le pauvre, et inversement. De plus, le masque donnait le privilège de ne plus avoir à se saluer, grâce à l’anonymat du port du masque. Revêtir un costume permettait de goûter à une liberté inconnue les autres jours de l’année.

Carnaval de Venise

Rapidement, il devint le plus carnaval le plus connu d’Europe. Des Européens de tous horizons participaient au carnaval de Venise, jusqu’aux plus grands souverains de l’époque.

Théophile Gautier dans Emaux et Camées écrivait :

« Venise pour le bal s’habille.

De paillettes tout étoilé,

Scintille, fourmille et babille,

Le Carnaval bariolé. »

Après sa réintroduction officielle dans les années 80, le carnaval vénitien est devenu un évènement touristique important et spectaculaire. Il est difficile de se promener dans Venise sans tomber nez à nez, à presque chaque coin de rue, avec une boutique de masques traditionnels. C’est sur la célèbre Piazza San Marco que le plus gros des animations se déroule. Le carnaval commence par un défilé inaugural des plus beaux costumes.

S’il y a bien un événement emblématique du carnaval vénitien, c’est le vol de l’ange, qui s’élance du haut du clocher de San Marco pour parvenir jusqu’au centre de la place.

Rio de Janeiro, joie et exubérance

Prenons l’avion direction… Rio de Janeiro. Une fois de plus, le carnaval est une institution au Brésil. La samba, les couleurs, le bruit, la joie, des plumes colorées à perte de vue, bref : un carnaval aux mille couleurs. On ne badine pas avec le traditionnel carnaval.

Lors de celui-ci, différentes écoles de samba s’affrontent dans l’arène Sambódromo da Sapucaí (sambadrome). Au terme de l’affrontement, on désigne le plus beau défilé. Cela demande des mois, voire une année entière de préparation et d’entraînement. Une dizaine d’écoles de samba s’affrontent ainsi sans relâche pendant quatre jours dans le but d’obtenir le titre de champion. Chaque groupe raconte une histoire à travers son spectacle.

Carnaval de Rio

Cologne, le carnaval des traditions

Le carnaval en Allemagne, impossible de passer à côté ! Notamment dans les régions de tradition catholique, dans la Ruhr, au Sud et à l’ouest. La ville rhénane de Cologne est tout particulièrement connue pour son carnaval, qui dure huit jours.

Rotefunken-rosenmontag-2006

Il débute avec la fameuse Weiberfastnacht (carnaval réservé aux femmes). Selon la tradition, les femmes coupent les cravates des hommes, et en échange, pour se faire « pardonner », ils reçoivent un Bützschen (bisous). Le Rosenmontag, maladroitement traduit par le lundi des roses, correspond au point d’orgue du Carnaval de Cologne, et dans une plus large mesure, de tout Carnaval rhénan. Bien qu’il ne s’agisse pas de jours fériés à Cologne, le carnaval s’invite même jusque dans les bureaux. Ainsi, lors des folles journées du carnaval de Cologne, l’ensemble de la ville est en fête, de nombreux concerts de rue sont organisés, ainsi que des défilés. Le début des préparatifs du Carnaval de Cologne a lieu le 11 novembre à 11 heures 11 minutes et 11 secondes pétantes.

Les festivités de l’édition 2016 du carnaval sont déjà finies… Mais rassurez-vous, elles reprendront de plus belle l’année prochaine encore, peut être l’occasion de se rendre à Venise, Rio ou Cologne pour en prendre plein la vue !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*