Un vent de fraîcheur soufflera sur l’Euro 2016 de football

Trois petits pays ont marqué les esprits en se qualifiant pour le prochain championnat d’Europe de football, qui aura lieu à l’été 2016 en France : l’Albanie, l’Irlande du Nord et l’Islande. L’occasion d’en savoir plus sur ces trois équipes surprises.

Du 10 juin au 10 juillet 2016 aura lieu en France le 15ème championnat d’Europe de football  qui mettra en compétition, pour la première fois, 24 équipes. Nous connaissons à l’heure actuelle 20 pays qualifiés sur 24. Parmi ces 20 nations, trois font figure de petits poucets : l’Albanie, l’Irlande du Nord et l’Islande.

L’Albanie, un ancien pays communiste en reconstruction

Le pays en bref
L’Albanie est un petit pays d’à peine trois millions d’habitants, situé en Europe du Sud, juste au-dessus de la Grèce. Le pays, dont la capitale est Tirana, est candidat pour entrer dans l’Union européenne.

Son parcours en qualification
Dans son groupe de qualifications à l’Euro 2016, l’Albanie était accompagnée du Portugal, du Danemark, de la Serbie et de l’Arménie. Le pays (classé 32ème au classement FIFA) a réussi l’exploit inattendu de terminer deuxième de la poule, derrière le Portugal (4ème au classement FIFA) mais devant le Danemark, se qualifiant pour la première phase finale d’un grand tournoi international. Le plus grand match de l’Albanie durant ces qualifications aura été sa victoire (0-1) obtenue face au Portugal, la première de son histoire face à ce pays.

La star
Lorik Cana est un monument du football albanais. Capitaine de la sélection, recordman du nombre de sélections avec son pays (il en compte plus de 80), le franco-albanais de 32 ans a grandement contribué à la qualification historique de son équipe pour le prochain Euro. Une juste récompense pour celui qui mouille le maillot de sa sélection depuis maintenant 12 ans. Aujourd’hui au FC Nantes, le milieu défensif possède à son palmarès une Coupe de France remportée avec le PSG en 2004 et une Coupe d’Italie gagnée avec la Lazio Rome en 2013.

L’Irlande du Nord, l’oubliée du Royaume-Uni

Le pays en bref
L’Irlande du Nord est l’une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni. Après une guerre d’indépendance débutée en 1912, l’Irlande du Sud devient un Etat libre et l’Irlande du Nord, dont la capitale est Belfast, reste au sein du Royaume-Uni.

Son parcours en qualification
L’Irlande du Nord était placée dans un groupe de qualification très homogène aux côtés de la Grèce, de la Hongrie, de la Roumanie, de la Finlande et des îles Féroé. Vainqueur de l’Euro 2004, la Grèce paraissait être l’équipe la plus forte de la poule ; finalement, elle n’est pas au rendez-vous et termine dernière de la poule. C’est l’Irlande du Nord  qui, à la surprise générale, finit première du groupe, devant la Roumanie et la Hongrie, réussissant l’exploit de ne perdre qu’un seul match (2-0 face à la Roumanie). L’Irlande du Nord va donc participer pour la première fois à la phase finale d’un Euro, après avoir participé aux Coupes du monde 1958, 1982 et 1986. Ces éliminatoires ont été très avantageux pour le Royaume-Uni, puisque trois de ses quatre nations constitutives se sont qualifiées pour l’Euro 2016 : l’Angleterre, le Pays de Galles, et l’Irlande du Nord donc.

La star
Dans une équipe dont le collectif est la véritable star, difficile de dégager une individualité. Pourtant, un joueur se dégage : Jonathan Evans, dit Jonny Evans, défenseur de West Bromwich Albion en Angleterre. Ce défenseur solide de 27 ans a passé sept saisons dans le mythique club de Manchester United (Angleterre), de 2008 à 2015, n’étant jamais titulaire indiscutable mais jouant toujours un rôle actif dans les conquêtes victorieuses du club (champion d’Angleterre en 2009, 2011 et 2013, vainqueur de la Coupe de la Ligue en 2009 et 2010, vainqueur du Mondial des Clubs en 2008). Avec Steven Davis, Kyle Lafferty, Chris Brunt, Gareth McAuley et Chris Baird, il forme la colonne vertébrale d’une équipe nord-irlandaise qui tentera de réitérer son exploit de la Coupe du monde 1958, lorsqu’elle avait réussi à atteindre les quarts de finale de la compétition.

L’Islande, le pays venu du froid

Le pays en bref
L’Islande est un petit Etat insulaire situé au Nord de l’Océan Atlantique, entre le Groenland et la Norvège. Le pays, dont la capitale est Reykjavik, compte à peine 330 000 habitants (un tout petit peu plus que la Corse) pour une superficie totale de 103 000 km2, ce qui en fait l’Etat ayant la plus faible densité de population d’Europe (3,2 habitants au km2).

Son parcours en qualification
Le groupe de qualification de l’Islande était assez relevé, puisqu’il était constitué, excepté l’Islande, des Pays-Bas, de la République Tchèque, de la Turquie, du Kazakhstan et de la Lettonie. Les Pays-Bas, vainqueurs de l’Euro en 1988, finalistes de la Coupe du monde en 1974, 1978 et 2010 et récents troisièmes de la Coupe du monde 2014, partaient largement favoris de la poule. Finalement, ils ne terminent que quatrièmes de la poule, place synonyme d’élimination pour une équipe qui n’avait pas raté un Euro depuis 1984. L’Islande (23ème au classement FIFA), outsider de cette poule, a réussi l’exploit de finir deuxième de la poule juste derrière la République Tchèque (15ème au classement FIFA) et devant la Turquie (37ème) et les Pays-Bas (14ème), obtenant ainsi une qualification directe pour l’Euro. Les Islandais ont enchaîné les performances, battant les Pays-Bas deux fois et remportant des victoires à domicile face à la République Tchèque et la Turquie.

La star
Gylfi Sigurdsson est la pièce maîtresse du jeu offensif de l’équipe islandaise. Meilleur buteur de son équipe lors de ces éliminatoires de l’Euro 2016 avec six buts, c’est un joueur complet, possédant une excellente vision du jeu et un très bon sens de la passe. Aujourd’hui joueur de Swansea City (club gallois mais jouant dans le championnat anglais), le joueur de 26 ans est passé notamment par Reading (Angleterre), Hoffenheim (Allemagne) ou encore Tottenham (Angleterre), le tout sans avoir jamais remporté un seul titre majeur. Mais pour Lars Lagerbäck, sélectionneur de l’Islande, Sigurdsson est tout de même « un joueur de classe mondiale ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*