Nous avons testé pour vous : la sieste à Dauphine

Nous avons testé pour vous : la sieste à Dauphine

Faire la sieste à Dauphine ? Une idée inconcevable pour certains, une habitude pour d’autres. Si vous êtes fatigués par vos CC, n’attendez plus et essayez un de nos meilleurs endroits pour récupérer votre sommeil en retard.

L’amphi 8

Il est 8h30, et vous avez à peine eu le temps de vous réveiller que vous vous retrouvez assis au fond de l’amphithéâtre à « écouter » le cours d’introduction à la gestion. Mais, si captivant soit-il, impossible de se concentrer plus de cinq minutes d’affilée. Sièges en bois, peu d’espace sur la table : l’environnement n’est pas des plus agréables, mais peu importe. Laissez-vous bercer par le bruit des claviers d’ordinateurs et piquez un petit somme pour vous remettre de votre trajet de métro.

La salle Raymond Aron

Les sièges y sont bien plus confortables que dans les autres salles de Dauphine. L’inconvénient, c’est que la disposition de la salle ne vous permettra pas de vous cacher aussi facilement qu’en amphi. Et peut-être que les intervenants trouveront impolie votre présence à une conférence dans le but de faire une sieste. A vos risques et périls.

En CC

Pour les plus cocasses, profitez du silence qui règne lors d’un CC de comptabilité ou de statistiques pour vous endormir tranquillement. Ce lieu est particulièrement recommandé à ceux qui apprécient les rattrapages. A éviter dans le cas contraire.

Au local de votre asso

Fermez la porte, éteignez la lumière et allongez-vous sur le canapé. Il suffit de trouver un horaire où il est vide, et le tour est joué – si vous avez la chance d’en avoir un, bien-sûr.

A la BU

Nous avons tous déjà vu quelqu’un, assis à la BU, affalé sur la table qui est en face de lui, la tête entre les bras. Désespoir ou bref moment de repos ? Difficile à dire. La prochaine fois que vous êtes témoin d’une scène de la sorte, rendez un service à ce dauphinois : parlez-lui du nouveau matelas qui a été installé à la BU. En effet, là où vous avez si souvent été travailler, en rêvant de dormir, vous pouvez maintenant le faire !

« Le matelas de la BU », qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un espace de repos installé du côté de l’aile P. Celui-ci a été mis en place par la start-up Nap&Up fondée en 2016 par deux étudiantes dauphinoises, Gabrielle de Valmont et Camille Desclée. Nap&Up installe des « cocons de micro-sieste » au sein d’universités et d’entreprises : Total, L’Occitane, BMW…  Le coin-sieste se répand petit-à-petit dans les salles de repos. Cette start-up organise également des ateliers de sensibilisation aux troubles du sommeil pour convaincre des bienfaits que peuvent générer la pratique de la micro-sieste.

Lumières éteintes, matelas confortable, poufs, paravent pour établir une isolation : le cadre y est idéal pour s’endormir rapidement. Son emplacement est également bien pensé, puisqu’il bénéficie du silence de la BU, contrairement aux poufs et aux canapés situés dans le hall du sixième étage. Le principe est d’y aller pendant 10 à 25 minutes pour bénéficier d’une pause courte, mais très reposante. Le seul bémol : le coin n’est pas situé dans une salle fermée. Vous serez donc quand même confrontés à la lumière du couloir, ainsi qu’au passage des étudiants qui rentrent et qui sortent de la BU – presque – silencieusement.

Pourquoi ce projet ?

Pour répondre à un constat préoccupant : les étudiants dorment peu et de moins en moins. Plus de 50% déclarent mal dormir, un cinquième dormir moins de 6 heures par nuit (cf. étude Harris Interactive et sondage OpinionWay pour la mutuelle étudiante Smerep). Ces troubles seraient en grande partie liés au stress des études. Le manque de sommeil nuit à la qualité de vie en règle générale. Mais surtout, chez les jeunes, elle nuit à la réussite scolaire : difficile de réviser efficacement ou de se concentrer dans un CM lorsque la fatigue se fait sentir après un enchaînement de nuits (très) courtes. Une salle de sieste peut donc aider à résoudre ce problème en offrant un espace de temps calme aux étudiants.

Est-ce suffisant ? Peut-être pas. Mais les « cocons de sieste » permettent au moins de dormir dans de bonnes conditions (sur un matelas, dans le noir, sans aucun bruit extérieur) plutôt que sur une table pendant un amphi ou dans un canapé inconfortable près des escaliers.

Cette initiative de l’université vise à contribuer au bien-être des étudiants et in fine, à leur réussite scolaire. Les bienfaits attendus sont notamment un regain d’énergie et une amélioration des capacités d’attention et de vigilance. La concentration et l’assimilation des étudiants s’en trouveraient également augmentées.

Bien sûr, une sieste de 30 minutes ne rattrapera pas plusieurs mauvaises nuits de sommeil. Mais elle pourra vous aider à vous remobiliser, pour affronter le reste de la journée !

Pauline Kermoal, L1 DEGEAD et Lorraine Chouteau, M1 AID

Laisser un commentaire

Fermer le menu