La Dauphinoise est enthousiaste à propos de 2017

Vous m’attendiez la semaine dernière et pourtant je ne suis pas venue pour cause de jour férié, gueule de bois et bonne année grand-mère. Alors, un peu tard, voici mon traditionnel laïus de début d’année. De toute façon, un retardataire chronique a décidé que les vœux se souhaitent jusqu’au 31. La Dauphinoise est donc amplement dans la norme.  J’ai décidé de vous offrir une petite dose d’optimisme à propos de l’année qui vient. Ne me remerciez pas, c’est gratuit.

Un nombre astronomique de ponts

Onze jours fériés sur une année, ça ne fait pas énorme.  Big up aux plus DEMI2E d’entre vous, l’année est fériée à 3%. Mais quand cinq desdits jours tombent un lundi et un le vendredi : joie, bonheur et félicitée dans les chaumières. Les possibilités pour profiter de la vie au cours d’un week-end de trois jours sont presque illimitées.  En bonus, ça te permettra de travailler ton imagination lors de l’amphi du vendredi matin.  Parce que vous méritez beaucoup de joie pour 2017 et comme le dit si bien R. Gary «Il ne faut pas avoir peur du bonheur. C’est seulement un bon moment à passer.»

Une augmentation du SMIC

Ah, oui, j’oubliais, la valeur de ton diplôme te détourne de ces basses considérations matérielles. Enfin, d’ici là, sache que le SMIC de ton job étudiant a été revalorisé de 0,93% cette année passant de 9,67 euros/heure à 9,76. Converti en doses de café, on obtient un résultat assez intéressant. 2017 veille à ta prospérité.

Tout le monde devient donneur d’organe présumé

A moins d’être inscrit au registre national de refus. On finit sur un sujet moins léger mais si important. Car que serait une année réussie sans la santé ? Le don d’organe, acte généreux, peut sauver des vies. Et quand on sait qu’environ 22 000 personnes sont en attente de greffe, le mieux reste encore d’en parler pour convaincre les plus sceptiques de ne pas s’inscrire sur le registre.

Bonne année les Dauphinois ! Puisse-t-elle vous voir réussir tout ce que vous entreprendrez. Quoi qu’il arrive, souvenez-vous de 2016 : on a bien pris cher mais on est passé au travers.


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*