CLUB LUXE DAUPHINE : Quésaco ?

Adossée aux barrières devant Dauphine, je n’ai pas eu de mal à la reconnaître, spontanée et sûre d’elle, une vraie dauphinoise comme on aime les découvrir. Elle nous fait part de son projet, la création du Club Luxe Dauphine et livre en live la meilleure version de la femme moderne : entreprenante et ambitieuse.
Rencontre avec Déborah Elbaz, fondatrice du Club Luxe Dauphine.

Déborah, peux-tu nous présenter ton parcours estudiantin ?

Après deux années de licence de Gestion à la Sorbonne, j’ai intégré l’Université Paris-Dauphine en troisième année. J’ai ensuite décidé de m’orienter vers un Master de Marketing & Stratégie. Actuellement en année de césure, j’ai entamé mon premier stage en tant qu’ Assistante Trade Marketing chez Christian Dior Parfum. Je m’oriente ainsi vers le secteur du luxe, dans lequel j’aimerais me spécialiser et intégrer l’année prochaine le Master 2 de Management du Luxe.

« Rentrer sur le marché du travail, sans expérience en étant exposée à une rude concurrence m’a fait prendre conscience de la nécessité de se constituer un réseau »

Capture d’écran 2015-10-17 à 13.11.51

Tu as fondé le Club Luxe avec Amélie Belliard (cofondatrice), comment est venue cette idée?

En cherchant un stage pour mon année de césure, dans le secteur du Luxe, je me suis vite rendue compte que c’était un secteur particulièrement sélectif et de surcroit très attractif. Rentrer sur le marché du travail, sans expérience en étant exposée à une rude concurrence m’a fait prendre conscience de la nécessité de se constituer un réseau. A Dauphine, nous ne sommes pas aidés en ce qui concerne l’insertion dans le monde du luxe, et nous sommes particulièrement en retard par rapport aux grandes écoles de commerce rivales.
Partant de là, et désirant m’investir dans la vie étudiante, j’ai fondé le Club Luxe de Dauphine. Ce n’est pas en soi une association étudiante mais un Club dépendant de Dauphine Alumni qui a pour objectif de réunir les étudiants passionnés et attirés par le secteur et les professionnels du milieu.

« L’annuaire des Alumni est une véritable mine d’or »

Quelle a été ta démarche pour créer le Club Luxe de Dauphine ?

On a commencé par constituer une base de données des anciens dauphinois ayant travaillé dans le secteur du luxe. On a réussi à réunir une liste non exhaustive de 12 000 noms parmi lesquels le Directeur Général de Chanel Beauté Parfum ou encore le Directeur Général de Vanessa Bruno. Il faut savoir que l’annuaire des Alumni est une véritable mine d’or, souvent peu exploitée par les étudiants. Je m’en suis servie pour former le bureau de professionnels du Club Luxe mais j’ai également épié LinkedIn et enchainé sans relâche les mails. Pour permettre au Club d’avoir une structure pérenne, il fallait rallier dès le début des anciens de Dauphine, séniors dans le secteur du luxe et si possible membre de la direction de leur entreprise.

Quelles sont les perspectives du Club Luxe de Dauphine ?

Nous sommes actuellement dans la phase de lancement qui vise à la fois les étudiants et les professionnels. Nous organiserons, à cet effet, une série d’événements à l’attention des étudiants qui commencera par une conférence thématique (courant décembre) administrée par une équipe de professionnels du secteur du luxe.
Nous prévoyons également d’organiser un événement type Workshop, en partenariat avec le forum des entreprises et tourné vers la recherche d’emploi en amont. Les professionnels du secteur du luxe expliqueront ainsi les démarches de recrutement et les prérequis essentiels. En aval du forum, nous mettrons également en place des séances de coaching pour préparer les étudiants aux réels entretiens.
Dans les prochaines semaines auront lieu des recrutements pour permettre aux étudiants de nous aider sur l’expansion du projet du Club Luxe !

« Faire perdurer le Club dans le temps pour qu’il devienne un véritable atout pour la diversité du paysage dauphinois »

Que peut-on vous souhaiter ?

Le Club Luxe de Dauphine prend forme rapidement. Le réseau commence à prendre de l’ampleur : à dauphine, ainsi que dans le monde professionnel, le projet est bien reçu.
J’espère donc poursuivre sur la même dynamique et faire perdurer le Club dans le temps pour qu’il devienne un véritable atout pour la diversité du paysage dauphinois.



 

Capture d’écran 2015-10-22 à 00.01.20

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*