Résolument dauphinoise

bonnes résolutions dauphinoise Hey, la dauphinoise, à quelques heures de la fin, bouge-toi ! Il est temps de songer à cette nouvelle année, de penser à tes projets, de dresser tes résolutions et de checker la liste de l’an passé.

Quoi ? Ne me dis pas tu ne l’as jamais fait ? D’une manière ou d’une autre, des objectifs pour le nouvel an, on s’en fixe au moins cent.

 Alors je ressors ma feuille de l’an dernier et, aïe, il semble que je n’ai pas tout respecté.

  1. Arrêter de sortir, travailler, s’investir et réussir.

Euh…j’étais sérieuse là ? Ne plus sortir, JAMAIS… pour m’abrutir dans mes cahiers ? Eh bien, si je pensais un jour me féliciter de ne pas m’être respectée…

Les soirées j’y suis allée (juste aux meilleures), j’en suis rentrée (Comment ? On s’en souvient plus vraiment. Avec qui ? On préfère ne pas s’en souvenir. À quelle heure ? On se souvient surtout des siestes du lendemain, en cours), j’y ai survécu (ah, mon estomac déglingué semble rechigner et ma tête refuse de hocher : mais pourquoiiiiii ???)

Et puis le lendemain bah…je l’ai passée la 4e vitesse, pour finir ce DM que j’ai préféré ignorer le temps d’une soirée, pour m’oxygéner et me libérer.

Et les autres semaines, j’ai tout donné. À Dauphine, corps et âme, j’ai morflé et finalement j’ai réussi.  J’ai allié le vivre et l’accomplir. Et j’ai primé – du moins dans mon cœur et selon mes capacités.

Car plus que se comparer aux autres, l’important n’est-ce pas soi ? Repousser ses propres limites, donner le meilleur et être heureux furent le tryptique magique de mon année.

        2. L’oublier, le remplacer, être seule et ne pas chercher

De la Dauphinoise toute crachée : j’ai dû croire qu’il fallait suivre ce qui était barré…vraiment…on est mal barré.

Non seulement, j’ai été incapable de l’ignorer, mais j’ai recommencé, j’ai succombé et finalement, je ne l’ai pas oublié. Mais, il a compris, j’ai gagné…ou tout perdu, ça dépend du point de vue.

A la veille de l’été, à moi le célibat ! Tu parles…à peine les vacances arrivées, la détermination s’en est allée. J’étais censée les rembarrer, j’en ai juste trouvé un autre. Et quel autre ? De vie simplifiée, je suis passée à quotidien angoissé.  De relation cachée, on est devenu un couple avorté. Dommage pour toi, mon gars, tu ne sais pas ce que tu as raté. De la Dauphinoise tu es passé à côté. Poursuis ta route : « métro, boulot, dodo »…moi, j’en ai trouvé un autre (attends, encore ? Ouais, je sais, je suis incorrigible…).

Après tout, c’est en s’entrainant qu’on apprend, nan ?!

        3. Faire un truc de dingue, de ouf, dont je me souviendrai pour toujours

Du parachute ? HAHA… quelle idée ? PLUS  JAMAIS. Dauphinoise espèce de folle : tu t’es prise pour Icare ou quoi ?

Tu ne t’es pas brûlé les ailes mais tu as bien failli finir en omelette. Tu n’as pas fondu au soleil, mais tu as bien failli disparaitre dans l’air.

Au moins, tu t’en souviendras : chute libre à grande vitesse, jets négatifs à foison, vie qui défile et petit malaise à terre…et dire que dans la Tour de la Terreur, tu tremblais…

Ton moniteur a toujours les traces de tes ongles sur ses avant-bras et ton cri dans ses oreilles quand la toile ne s’est pas ouverte. Fallait évidemment que ça t’arrive à toi…

Oui mais en même temps, ne dit-on pas que le meilleur moyen de résister à la tentation est d’y céder ? Moi, j’ai juste sauté.

       4. Trouver un job étudiant

Euh… NON, c’est pas que j’ai oublié, NON c’est pas que j’ai eu la flemme. C’était un choix délibéré (mauvaise foi), être étudiante est un job à plein temps (bonne foi).

Prendre les transports pour affronter Dauphine (combat quotidien), supporter le Crous (combat digestif), accepter  les échéances (combat temporel), alimenter mes chroniques (combat créatif), renouveler ma garde-robe (combat spatial) et PROFITER : la Dauphinoise n’en peut plus de sa vie de star.

Mais, elle l’adore. Elle en est l’unique maitresse. Et si toi aussi, tu as l’impression que souvent on te la dicte ta vie…alors je te confie ce secret de Vanessa Bruno (ok, j’avoue je l’ai lu dans Vanity Fair) : «Il ne tient qu’à nous d’être heureux ». Alors prends-toi en main, force-toi et ne compte que sur toi.

        5. Devenir bilingue

Le chiffre 5 est censé te porter chance la Dauphinoise ?  Eh bien, quelle chance : cet objectif figurera sur ma liste de 2015. Parce que ce n’est pas tout de le dire…mais le TOEFL, faudrait peut-être le préparer. Because speaking Spanish is good but living English is better…. (Halte à la discrimination des langues, ô monde injuste).

Le monde c’est l’avenir, prépare donc ton devenir. Essaie et tu verras bien. Qui ne tente rien, n’a rien, n’est-ce pas ?

Définitivement, mes résolutions sont à l’image de ma vie : beaucoup de choses sont à revoir. Mais, fort heureusement, car quel désespoir si ma liste était vide ce soir.

Alors pour 2015, je demande….de :

  1. Travailler mon anglais et avoir mon TOEFL (en first one, y a des chances pour que je respecte)
  2. Tourner le dos au passé, faire face au présent et découvrir mon Dauphinois…(Je m’en lasse déjà, il était bien l’autre, non ?!)
  3. Faire un road trip en Australie (Ca y est…dans quoi je vais m’embarquer ?)

Allez, trois résolutions suffisent…et il sera bientôt minuit. Il reste la 4e, inavouée, que je garde en secret en attendant de la réaliser. Je ne te dévoile pas tous mes projets.

Bilan dans douze mois. À l’année prochaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*