Elon Musk, le succès la tête dans les étoiles

La réussite peut changer un homme. Cette assertion est d’autant plus vraie quand il s’agit de business. Le monde des affaires est cruel, et si la majorité des entrepreneurs se lancent dans leur activité par passion, les rares à connaître le succès sont rapidement rattrapés par les exigences de rentabilité et de croissance inhérentes à toute firme compétitive et pérenne. Quitte à parfois oublier ce pourquoi ils ont commencé leur activité.

Elon Musk est l’un des rares à avoir échappé à cette fatalité. A la tête d’une fortune personnelle de 12,7 milliard de dollars à seulement 45 ans, il est certainement à ce jour l’humaniste le plus riche du monde.

Son parcours est à la hauteur de sa personnalité : original. Sud Africain ayant grandit pendant l’Apartheid, il adopte à 17 ans la nationalité Canadienne (celle de sa mère) afin de partir étudier en Amérique du Nord. De là, il rejoint les Etats-Unis et intègre un cursus de physique et commerce à l’université de Pennsylvanie. Cursus qu’il prolongera par un doctorat de physique énergétique à l’université de Stanford. Au delà de son caractère studieux et de sa formidable envie de réussir, Musk possède une qualité qu’il saura mettre à profit tout au long de sa carrière : c’est un génie de l’entreprenariat.

14585333_10210841851347229_131888734_n

Elon Musk en couverture de Fortune en décembre 2013

En 1995, il suspend son doctorat pour créer la société Zip2, dont l’activité consiste en la commercialisation d’un logiciel permettant aux médias de se développer sur le web, alors en pleine expansion. Quatre ans plus tard, son bébé est vendu pour la coquette somme de 307 millions de dollars. Aussitôt, il se lance dans un nouveau projet, X.Com, qui deviendra rapidement PayPal suite à une fusion avec une autre startup, Confinity. Ebay rachète PayPal en 2002 pour 1,5 milliards de dollar. Alors détenteur de 11,7% des parts de l’entreprise, la fortune de Musk est faite.

Ici commence la partie la plus intéressante. Celle qui justifie l’existence de cet article. Si Elon Musk a le sens des affaires et a su s’enrichir rapidement au moyen de ses talents d’entrepreneur, il reste fidèle à ses valeurs.   Son combat ? L’humanité. Fervent protecteur de l’environnement, il prend le contrôle de l’entreprise Tesla Motors en 2008, ainsi que de SolarCity. Ces deux firmes poursuivent un objectif commun, proposer des alternatives aux enjeux du quotidien que sont les déplacements motorisés et la production d’électricité. Elles figurent aujourd’hui en tant que leaders américains de leur domaine et font de la recherche le fer de lance de leur production. Mais son combat pour la sauvegarde de l’humanité ne se limite pas à la terre, et va même bien au delà. D’ici 2024, Elon Musk affirme pouvoir commencer à envoyer une première vague de colons sur Mars.

Bien loin des fabulations excentriques de l’ami Cheminade, le programme de Musk semble concret et millimétré. Parmi son impressionnant palmarès de dirigeant se cache une entreprise capable aujourd’hui de rivaliser avec la NASA : SpaceX. Fondée en 2002 et présidée par Musk, l’astronautique constitue son cœur d’activité. Pour développer son programme de voyage spatial et de colonisation de la planète rouge, Musk met à profit les résultats de recherche et développement de ses autres firmes, notamment en ce qui concerne le stockage d’énergie (les capacités de stockage des batteries électriques constituant un des principaux enjeux de la conquête spatiale). Malgré deux échecs de lancement en 2015 et 2016, SpaceX affirme vouloir amorcer les tests dès 2018 en faisant atterrir sur la surface de Mars une capsule Dragon. Les vols habités, censés survenir six ans plus tard, s’avèreront toutefois plus dangereux et, comme l’affirme Musk, comporteront un risque élevé de décès.

Visionnaire ou mégalomane, Elon Musk ne laisse personne indifférent. Tout au long de sa carrière il n’eu de cesse de repousser les limites du possible, travaillant avec passion et acharnement avec ses équipes sur des projets révolutionnaires permettant d’apporter des réponses aux enjeux environnementaux et sociétaux actuels. Si la conquête de Mars reste pleine d’incertitude, de points d’ombres et emprunte d’une part de rêve, sachez que vous pourrez un jour vous offrir un aller simple pour la modique somme de 200 000 dollars. De quoi rendre l’inatteignable encore un peu plus accessible au commun des mortels.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*