Élections étudiants 2012 : UNEF

logo UNEFParce que La Plume Dauphine est une association démocratique, elle donne la parole ce week end aux trois principales listes étudiantes qui se présentent aux élections du mardi 13 novembre. Aujourd’hui, Guillaume Saintemarie, représentant de la liste UNEF,  qui prolonge notre série d’interview en présentant le projet de l’UNEF pour les deux années à venir.

Quel est le bilan de l’action étudiante dans de L’UNEF au sein de l’université ?

L’UNEF avait recueilli près de 10% des voix aux dernières élections, ce qui faisait de nous la deuxième liste loin derrière Esprit Dauphine. La grande nouveauté pour nous est qu’entre ces deux élections, nous avons été domiciliés à Dauphine et nous disposons maintenant d’un local au sein de l’université. Concernant notre action depuis deux ans, l’UNEF Dauphine se situe dans l’opposition au sein du CA. Nous avons notamment milité contre l’instauration de frais d’inscription progressif à Dauphine pour des raisons d’égalité sociale. Une décision du tribunal administratif de Paris a par la suite autorisé Dauphine à pratiquer ces droits d’inscription progressifs. Depuis, nous avons quelque peu revu notre position en prônant un gel des tarifs.

Quels sont les principaux enjeux des élections à venir?

Pour l’UNEF Dauphine, il faut mettre fin à l’escalade des prix des différentes formations au sein de l’université. Récemment,  le DUAP 1 (Diplôme Universitaire d’Approfondissement et de Professionnalisation, c’est-à-dire l’année de césure, ndlr) a augmenté de près de 750€, ce qui porte le prix de ce DUAP 1 à 1011€ pour une année où l’étudiant n’est même pas à Dauphine ! Une augmentation des frais d’inscription des magistères vient tout juste d’être votée. Nous sommes également pour un gel des tarifs de la formation initiale, ce qui nous distingue des autres listes étudiantes. L’UNEF Dauphine souhaite aussi attirer l’attention sur la gestion du budget de Dauphine pour éviter une course à l’argent public comme on  a pu  le remarquer lors de la polémique avec Science Po. Il faut prévenir les problèmes de gestion similaires à ceux que la Cour des comptes à relever à Science Po, tout en prenant en compte que la structure des financements de ces deux établissements est différente. Plus globalement, le but de l’UNEF Dauphine est de préserver le pouvoir d’achat des étudiants.

Quelles sont les mesures principales que l’UNEF souhaite mettre en avant dans ces élections?

Tout d’abord, nous voulons qu’un étudiant de Master 1 puisse candidater auprès de plus de Master 2. Aujourd’hui, c’est limité à deux mais nous souhaiterions pousser ce nombre à trois. Bien que le président du département MSO (J.M Siroen) soit d’accord avec l’UNEF Dauphine, il semble que rien n’a été fait jusqu’à présent.  Ensuite, dans le cadre d’une mesure qui fait l’unanimité dans les différents conseils, nous aimerions que chaque étudiant en L3 puisse partir à l’étranger, un peu sur le modèle de ce qui se fait à Sciences Po. Pour des raisons pratiques, nous militons pour une ouverture prolongée de la bibliothèque le soir, proposition qui a rencontré un accord de principe de Laurent Batsch, accord contesté par le personnel administratif de la bibliothèque lors du CA du 15/10/2012.

Est-ce que c’est facile d’être un syndicat de gauche dans une université réputée de droit qui enseigne la finance de marché par exemple ?

Personnellement, je suis un financier, preuve que ce n’est pas irréconciliable. L’université dans son ensemble est plutôt libérale. On a un peu un sentiment de marginalité étant donné qu’une liste comme Esprit Dauphine domine le scrutin. La gauche est minoritaire au sein de l’université mais la situation a quelque peu évolué depuis que nous sommes domiciliés à Dauphine. La vie quotidienne d’un syndicat de gauche à Dauphine n’est certes pas évidente mais ce n’est pas la mort non plus.

L’année dernière, on a surtout entendu parler de l’UNEF au moment de la venue avortée de Marine Le Pen. Finalement, l’UNEF n’a-t-il pas fait malgré elle de la publicité pour la candidate du FN aux dernières élections présidentielles ?

Tout est parti d’une initiative d’un membre national de l’UNEF qui souhaitait se faire bien voir au sein de l’UNEF. Je m’étais prononcé ouvertement contre le boycott de la venue de Marine Le Pen, tout comme la majorité des membres de l’UNEF à Dauphine. Je trouvais normal qu’une candidate aux présidentielles, peu importent ses idées, puissent s’exprimer. Il faut savoir que dans le droit français, il est pénalement répréhensible d’empêcher quelqu’un de parler. Par conséquent, j’ai démissionné de mon poste de président de l’UNEF Dauphine suite à ces évènements. Les membres de l’UNEF Dauphine attendaient ce débat avec impatience et comme tous les étudiants, nous avons été déçus que le débat soit annulé, que des étudiants de DDD soient bousculés et du matériel endommagé, d’autant plus que j’ai été membre de Dauphine Discussion Débat.

Pour finir, pourquoi voter pour la liste UNEF ?

Nous sommes les seuls à défendre un gel des frais d’inscription. Nous ne sommes pas issus des bureaux des associations, ce qui nous garantit une plus grande ouverture démocratique. Le plus important dans cette élection reste d’aller voter pour prouver que Dauphine conserve un taux de participation important (25%) par rapport aux autres universités en France (environ 13,8%).

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*