Tendance Culture: FUBIZ - Interview complète! -

Fubiz
Depuis plus de 7 ans, le site et la plateforme FUBIZ vous présente quotidiennement le meilleur de la culture créative contemporaine : graphisme, culture, produits, clips et arts numériques. Interview de Romain Colin, fondateur du site aujourd’hui considéré comme une référence quand on parle de création sur le web.

photo fubiz 1
Racontez-nous un peu pour commencer votre parcours et d’où vient l’idée du site FUBIZ et son concept ?
J’ai fait un Bac ES et une école de communication ISCOM qui ne m’a pas plus enchantée que cela. C’était la mode des blogs, des médias d’expression et il n’y avait  pas encore les réseaux sociaux Facebook, twitter, vimeo et tout ça. Pendant mes études de com’, j’ai voulu créer ma plateforme, une plateforme vraiment libre où je pourrais juste faire partager ce que j’aime, ce que je remarque dans tous les domaines de la créa, quelque chose de transversal. Je ne voulais surtout pas personnifier le média et dire « je ». Donc j’ai fait le choix d’un nom qui ne voulait rien dire, et d’un contenu éditorial simple « coup de cœur sur… par X pour Y ». Faire des « pastilles coup de coeur ».

Comment Fubiz passe d’un projet étudiant à une référence professionnelle ?
Pour Fubiz, après l’ISCOM, j’ai fait un gros travail de professionnalisation. À la fin de l’ISCOM, j’avais à  faire un stage alors j’ai monté FUBIZ en SAS et j’ai été mon propre maître de stage. Là, j’ai bossé mon positionnement avec un vrai cahier des charges et une charte graphique pour le site ; Je suis quelqu’un de très visuel donc j’ai bossé la forme en fonction de mon ciblage et des fonctionnalités que je voulais.

 
Mais aujourd’hui le site est une vraie référence dans les milieux professionnels de la création. La clef du succès selon vous ?

Mmh j’ai un peu de mal à prendre ce recul, je ne sais pas trop… Je dirais que ce qui à beaucoup joué c’est la réactivité du site. Au départ, j’allais vraiment chercher le contenu, ce qui me plaisait et je voulais toujours être « up to date », tous les jours. C’est la récurrence des contenus qui fait marcher Fubiz… et puis j’ai eu la chance de commencer avec le soutien d’une régie publicitaire (ndrl : Vice).

 
Pour autant le site reste vraiment accessible à tous..
Oui c’est ça aussi notre succès je pense. Je dis souvent qu’on veut être « exigeant sans être élitiste ». Il y a très peu de contenu éditorial sur le site et on met un point d’honneur à parler à la fois aux « pros », qui retrouvent les références et les mots clefs qu’ils comprennent et dont ils ont besoin pour sélectionner l’info, et à tout un chacun qui veut juste avoir un œil sur la création et aime les contenus qu’on partage. Et puis le site est très visuel et rapide d’accès. Ce site est à mon image, et certainement celle de beaucoup dans ses temps débordés ; celle d’une génération du « snacking » de contenu. Tout va  vite et on sélectionne.

 
Justement c’est un point fort du support web, en quoi selon vous la plateforme web enrichit la création aujourd’hui ? quels sont ses apports ?
Clairement la réactivité et la « viralité » des contenus. Non seulement nos contenus sont quasiment instantanément repris, « likés », diffusés, enrichis mais en plus, on est aujourd’hui constamment sollicités !! On reçoit en permanence un nombre incalculable de contenu tant par mail (via le site et nos membres) que sur l’ensemble des réseaux sociaux. Il y a du contenu qu’on cherche mais aujourd’hui Fubiz fonctionne assez pour qu’on pense à nous pour être plateforme de diffusion. Et puis le web permet l’internationalisation. 40% de nos membres sont hors zone francophone.

photo fubiz 3

Comment sélectionnez-vous aujourd’hui les contenus alors si vous êtes assailli ?
On fait toujours une modération a priori. Au départ, c’était ce qui me plaisait, aujourd’hui je soumets les contenus à l’équipe. Fubiz me dépasse un peu je ne peux plus seulement mettre ce qui me plait, on voit plus large pour une cible plus large mais on garde l’exigence, l’esprit du site et la qualité visuel. On choisit ce qui match, je dis souvent qu’il faut qu’il y ait « soit l’exécution soit le propos, s’il y a les deux
c’est mieux ». Fubiz ne produit quasiment pas de contenu il réutilise les contenus haute def’ et veut être une plateforme de mise en dialogue et de mise en valeur.

 

 

On voit que le site FUBIZ en lui-même, de par son graphisme, le choix de présentation des créations, son organisation et archivage etc, est déjà porteur d’un message d’interaction, de dynamisme communicationnel entre les création et d’une certaine esthétique contemporaine. Est-ce délibéré pour orienter un esprit contemporain, pour influencer et décloisonner la création ?
Ah oui ? nan je ne sais pas, j’ai fait des choix neutre pour le site, couleur noir, rouge, blanc, beaucoup de visuels, des mosaïques dites « grilles cassées » pour avoir une vue d’ensemble sur la transversalité du site. On pioche ce qu’on veut. Et puis le slogan « daily doze of inspiration » c’est pour avoir une « base line » équivoque, un pitch clair en trois secondes sur ce qu’on va trouver… il n’y a pas vraiment de volonté délibérée d’influence mais plutôt de partage… après on sélectionne le contenu, c’est ce qu’on aime. On fait un focus c’est tout. La seule chose qu’on produit maintenant c’est FUBIZTV, les courtes vidéo qui reviennent sur le meilleur de la diffusion récente et les interviews avec des pointures de la créa dans chaque domaine. C’est notre nouveau défi, notre production propre et notre garantie de qualité pour les « pros » en leur donnant accès aux grands noms et aux nouveaux projets dans leur domaine d’activité.

 

Quel est votre spécificité et quel rôle donnez-vous aujourd’hui au site Fubiz pour les créatifs ? pour l’ensemble de votre audience ?
Clairement notre spécificité c’est la transversalité je pense. Sinon, j’avoue ne pas trop me préoccuper ou rechercher mon audience. Aujourd’hui fubiz constate que l’audience est là. Nous, on continue sur notre lancée et on fait ce qu’on sait faire : partager, de manière très visuelle, du contenu qu’on sélectionne. Je crois qu’on peut définir FUBIZ comme un filtre, tant pour les professionnels que pour le reste de l’audience qui juge. On est un prescripteur de tendance que chacun s’approprie. C’est exactement le principe des Fubiz Awards.

 

Vous pouvez nous présenter les Fubiz Awards, et leur spécificité face aux concours publicitaires comme les « Lions » ?
Les Fubiz Awards c’est 8 catégories de créa et 8 nominés dans chaque catégorie. Comme je disais FUBIZ est le filtre qui sélectionne les coups de cœur de l’année et l’audience vote. C’est toujours la transversalité, l’ouverture sur les différentes formes de création qui nous différencie des concours pub, peut-être plus fermés, plus institutionnalisés. Mais on invite les agences, les créatifs etc. à la remise des prix ! Pour qu’ils voient ce qui se fait. En ce qui concerne les nominés, ça peut aller du petit skateur au fin fond du Brésil qui match avec ses vidéos de skate au designer parisien plus connu qui a bossé pour telle marque etc. Chaque catégorie à un sponsoring de référence comme Canon pour la photo par ex… ça permet les découvertes, les mises en relation et le financement de la cérémonie + privatisation de bar pour soirée privée. Un concept similaire au nôtre existe à l’échelle européenne, le « OFFF ». C’est aussi de la digitale culture, à Barcelone sous forme de festival, de key note.

 

Quel financement pour le site ? la pub/annonce uniquement ?
La pub et les bannières d’annonce oui majoritairement, la régie publicitaire m’a beaucoup aidé, mais aujourd’hui on développe aussi de plus en plus des projets collaboratifs avec des marques, des sponsors et on adapte l’offre d’annonce à la typologie de l’annonceur. Par exemple, récemment pour SONYmobile on a créé un « corner de marque » sur le site pour sélectionner les contenus relatifs à la marque et/ou relayés et en relation avec la marque. On fait aussi à partir des goûts de nos membres un « watercontest » de vidéo sous l’eau parce que le Sonymobile à la particularité d’être waterproof.

 

Quels sont vos projets à venir et le développement du site que vous envisagez ?
Le site est trop statique selon moi, j’ai une idée beaucoup plus dynamique et personnalisée du site. En fait, j’aimerais que chacun ait un contenu spécialisé en fonction de ses envies, des ses habitudes, de ses amis, de ses besoins etc. Une sorte de « newsfeed » à la Facebook, réseau social en moins. Le site en ce moment met l’audience en position passive et réceptive. J’aimerais rendre l’esprit plus « algorithmique » par mots clefs et ajustements de contenus et de langages éditorial intelligent en fonction du consommateur de contenu. C’est ambitieux mais pourquoi pas… c’est vers ça que j’aimerais me diriger, vers « YOUR daily doze of inspiration ».
On garde en tête aussi de se lancer dans plus de production Fubiz, avec des dossiers, des enquêtes, des croisements de création et des enquêtes à partir des contenus qu’on diffuse, d’interviews et de recherches complémentaires… C’est plus engageant sur le plan éditorial, mais pourquoi pas à l’avenir…

 

Que retirez-vous de l’aventure Fubiz et en quoi le partage de contenu aussi divers mais toujours créatif est important ?
Le partage c’est le moteur du site, qu’on bosse dans la création (de tout type) ou non ; j’aime faire partager ce qui a « catché » mon attention et ensuite prendre du recul, voir la diffusion. La création c’est ce qui me touche et c’est important, je pense, de faire partager une sensibilité a un projet… tout le monde est sensible à quelque chose : musique, visuel, design etc. Ensuite l’aventure Fubiz, bien qu’elle ait pris une ampleur qui me prend beaucoup de temps, c’est franchement très enrichissant sur le plan personnel. Avec la sollicitation permanente, je suis en permanence aux expos, aux avant-premières, aux invitations de show off etc. c’est une valeur ajoutée culturelle incomparable ! On veut nous mettre au courant et c’est une vraie force qui s’est construite avec le temps.
 

 

Votre dernier (ou prochain) coup de cœur créatif ?
Je dirais un clip, celui de Banks (voir www.fubiz.net).. C’est un clip en noir & blanc, hyper graphique avec pas mal de « stills » (images arrêtées). Il est très efficace. Banks fait les premières parties du groupe en vogue «The Weeknd » et a sorti un EP récemment. C’est un contenu qu’on a trouvé en farfouillant, c’est la vraie dernière découverte, une agréable surprise qui est un bon reflet de mes goûts artistiques en termes d’imagerie.

 

 

Propos receuillis par Céline POIZAT

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*